Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Du 9 au 26 novembre 2006

Une Amérique latine qui change ?

8e Festival Filmar en América latina

lundi 6 novembre 2006 par Claude REYMOND

Dans le cadre de la thématique du 8ème festival Filmar en América latina « Amérique latine : virages à gauche ? »

Journées organisées en collaboration avec ATTAC, l’association Les Amis du Monde diplomatique, l’UOG (Université ouvrière de Genève), la CGAS (Collectif genevois d’action syndicale), Comedia et le collectif Genève Amérique latine Enlazando Alternativas.Ch

Samedi 11 novembre

Maison des Associations, Salle Gandhi,

15 rue des Savoises, près de la Place du Cirque.

13h30 De nadie, à personne, Tim Dirdamal, Mexique, 82 min.

Parcours semé d’embûches des migrants centre-américains qui souhaitent aller aux USA sur le territoire mexicain. Le film ne laisse pas indifférent : Le rêve américain brisé par le racket de bandes armées qui dépouillent les migrants, regard du jeune migrant dont le bras a été arraché en tombant du train, témoignages bouleversants de ces femmes laissant leurs enfants au pays pour aller chercher du travail aux USA, mais aussi solidarité des mexicains qui nourrissent ces migrants à leur passage.

15h30 Les mexicains aux USA

Amealco-USA. Cinquante ans de migration dans un village du Mexique, 67 min.

Quatre générations de travailleurs internationaux nous racontent l’histoire de la migration vers les Etats-Unis des habitants d’Amealco, une communauté rurale où, depuis plus de 50 ans, les gens non seulement doivent, mais aussi veulent aller de l’autre côté de la frontière pour chercher fortune. Certains y sont parvenus, d’autres non, mais tous ont au moins une histoire raconter. Ce véritable exode a produit des villages peuplés de vieillards et enfants, qui errent entre maisons abandonnées ou bâtisses flambant neuves, construites avec l’argent envoyé par ceux qui ont émigré.

Entre archives satyriques et témoignages poignants ou amusants, on découvre l’histoire, les parcours et les motivations de ces migrants, ainsi que l’imaginaire collectif qu’a généré cette relation ambivalente avec le voisin du nord.

Suenos binacionales, Yolanda Cruz, 30 min.

Les expériences particulières des indigènes du Mexique émigrant aux Etats-Unis, à travers deux témoignages : les Mixtèques, qui ont émigré en Californie ces trente dernières années, et les Chatinos, partis en Californie du Nord depuis moins de dix ans. Entre pertes et recompositions d’identités, économie traditionnelle et économie de marché, culture d’autosuffisance et culture intensive, on observe les traumatismes vécus, mais surtout l’extraordinaire capacité d’adaptation développée lors du passage « au Nord » de ces groupes un peu particuliers de migrants. Ceux-ci, malgré le déracinement, parviennent à s’organiser, commencent à faire respecter leurs droits, et tentent d’aider les leurs restés dans les communautés d’origine. Mais le changement est tout aussi important dans ces communautés, qui voient grande partie de jeunes s’en aller chercher fortune sans beaucoup d’espoir de réadaptation, ou le mères passer la frontière, laissant leurs enfants à la charge de plus âgés.

Un regard de l’intérieur, par une réalisatrice elle-même chatina, qui réussit à rendre compte avec concision d’une réalité ambivalente, entre réussites et difficultés de la migration.

17h30 Colombie - Venezuela

Bajo la lluve del norte, 30 min. Colombie

À la Sierra Nevada de Santa Marta plusieurs communautés de paysans subissent les aspersions d’herbicides toxiques Monsanto, actions menées par le gouvernement colombien et américain sous le nom d’un plan dévastateur : Le plan Colombie. Histoire d’un affrontement.

Médias contre tambours, film documentaire, Belgique/Venezuela, 52 min.
Dominique Berger, Belgique, 2003, documentaire, DVD, 52’, couleur, vo esp. s.-t. fr.

Deux belges arrivent au Venezuela 6 mois après le coup d’état et découvrent un paysage médiatique extrêmement polarisé : des médias commerciaux qui appellent à la destitution du Président, le canal d’état qui se fait à l’occasion porte parole de Chavez et des médias communautaires encouragés par le gouvernement. Partant de cette situation conflictuelle, les auteurs de « Médias contre Tambours » s’interrogent sur les motivations cachées des médias, tant vénézuéliens qu’européens.

Avec la collaboration de l’Association « Les Amis du Monde Diplomatique »

19h45 Venezuela

Bruxelles - Caracas. Entrée libre.

Vanessa Stojilkovic, Belgique, 2006, documentaire, DVD, 77’, couleur, vo fr./ esp.l s.-t. fr.

Bruxelles - Caracas est un film documentaire sur les réformes en cours au Venezuela.

Il commenceŠ à Bruxelles ! Par un ’vidéo - trottoir’. Il fallait d’abord connaître l’influence des médias sur l’opinion des gens d’ici, avant de partir à Caracas, pour poser les bonnes questions. Une fois informés, les Belges éprouvent beaucoup de sympathie pour cette idée « L’argent du pétrole doit servir à des programmes sociaux ». Mais ils doutent que cette idée puisse être réellement mise en application. La seule manière de le vérifier, c’était d’aller voir sur place. Le film donne la parole aux Vénézuéliens. Ceux qui sont contents et ceux qui ne le sont pas. Et on découvre une révolution, des gens enthousiastes et combatifs, des réformes qui changent la vie en mieux, une opposition étonnante, la « démocratie participative », un peuple qui incarne peut-être les espoirs de l’Amérique latineŠ

Suivi par une conférence avec la réalisatrice, Eva Golinger et Michel Collon.


Vendredi 24 novembre

UOG Université ouvrière Genève,

3 Place des Grottes (derrière la gare), salle du sous-sol

17h30 Bajo la lluve del norte, Natalia Zuluaga, Colombie, 30 min.

À la Sierra Nevada de Santa Marta plusieurs communautés de paysans subissent les aspersions d’herbicides toxiques Monsanto, actions menées par le gouvernement colombien et américain sous le nom d’un plan dévastateur : Le plan Colombie. Histoire d’un affrontement.

Palabras verdaderas,
Ricardo Casas, Uruguay/Espagne, documentaire, DVD, 54’, couleur ; vo espagnol, s-t. fr.

Le documentaire dresse le portrait du grand poète et nouvelliste uruguayen Mario Benedetti, nourri d’entretiens avec l’intéressé, de témoignages d’écrivains et d’images tirées d’archives. Les ressorts qui portèrent cet homme modeste au pinacle des lettres hispaniques, et ne cessèrent de le porter dans les luttes articulant le paysage politique de son pays, forment au-delà de sa personne intime le thème essentiel du film.

19h45 Dia de festa, jour de fête

Toni Venturi et Pablo Georgieff, Brésil, 2006, documentaire, Beta, 77’, couleur, vo port. s.t. fr.

« 4 femmes, 4 destinés, 1 histoire de Sao Paolo ».

Coordinatrices au sein du mouvement des sans toits, ces femmes nous livrent tour à tour leurs expériences de vie, leurs luttes, leurs espoirs. Point de départ pour une vision générale des conditions d’habitations et de vies des gens pauvres ; nous entrevoyons les favelas, les abris de maigre fortune, les abords d’autoroute, la rue. Le Mouvement des sans-toits qui revendique une habitation digne, mène leurs activités par des occupations d’immeubles vides de la région de Sao Paulo, ces femmes ainsi que les gens qui luttent à leur côté se réunissent et s’organisent, affrontent la police et brandissent leurs points pacifiquement. Tout au long de ce film documentaire, nous accompagnons les issues et dénouements de leurs combats.

21h45 Valley of Tears, Hart Perry, 82 min. vo ss t. anglais.

1979, la petite ville de Raymondville, Texas, est marquée par une grève des ouvriers agricoles. Leur revendication une hausse de leur rémunération. Hart Perry, auteur du documentaire, travaille alors pour le syndicat militant chicano United Farmer Workers, qui soutient la grève. Il parvient ainsi à filmer le fossé qui sépare les travailleurs d’origine mexicaine des élites blanches. À partir de cet événement, symbolique des luttes pour les droits civiques des années 70, Hart Perry suit l’évolution des luttes sociales dans la ville.


Samedi 25 novembre

UOG Université ouvrière Genève,

3 Place des Grottes (derrière la gare), salle du sous-sol

Soirée Guatemala

17h45 Testamento, Uli Stelzner et Thomas Walther, 93 min.

Le documentaire Testamento dresse le portrait exceptionnel du socialiste révolutionnaire guatémaltèque Alfonso Bauer Paíz. Fils d’un journaliste réputé, l’avocat et ex-ministre sud-américain vit au Guatemala où il se bat depuis plus d’un demi-siècle en faveur de la justice sociale. Défenseur des droits et libertés, il veut améliorer la situation des plus pauvres. En 1944, il participe à la chute du dictateur Jorge Ubíco et devient député. Après avoir fondé les premiers syndicats guatémaltèques, il enseigne le droit et les sciences sociales à l’Université. En tant que ministre du travail et de l’économie, il soutient de nombreux mouvements sociaux et participe aux réunions des Nations Unies. En 1951, débute son amitié avec Che Guevara qu’il cachera au cours de son exil au Mexique. Après avoir survécu à plusieurs tentatives d’assassinat, il participe à plusieurs révolutions sud-américaines. Mais le prix à payer pour ses idéaux est cher : ses amis, ses différentes femmes et ses enfants subissent les conséquences de son combat. En racontant l’histoire de cet homme hors du commun, militant et ami proche de Che Guevara, ce documentaire retrace l’histoire des révolutions en Amérique du Sud depuis les années 1940.

20h00 Trafiquants de vérité, Grégory Lassalle. 53min

Impunité au Guatemala, quand Rios Montt, ancien dictateur du Guatemala pendant la répression terrible des Indiens Mayas se présente aux élections présidentielle en 2004. Suite à une guerre qui a coûté la vie à 150’000 personnes. 50’000 disparus (plus qu’en Argentine !), des militaires impunis, le chemin du processus de paix est bloqué depuis 1994.

Débat sur la situation au Guatemala aujourd’hui, en présence de Charly Barone, CGAS.



Derniers articles