Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

2 x NON aux économies sur le dos des plus démunis le 28 février 2016

mercredi 3 février 2016 par Claude REYMOND

Le 28 février prochain, les citoyen-ne-s genevois sont appelés aux urnes pour se prononcer sur 13 objets. Parmi ceux-ci, deux lois du Conseil d’Etat qui s’attaquent aux personnes les plus démunies, notamment par une baisse des subsides à l’assurance maladie et une baisse des prestations complémentaires AVS/AI.

Une Genève de plus en plus inégalitaire

Alors qu’à Genève les inégalités ne cessent de grandir, le Conseil d’Etat souhaite encore prendre de l’argent aux personnes qui en ont le plus besoin. En effet, 10% des contribuables genevois les plus fortunés sont millionnaires ou multimillionnaires, (26’150 foyers fiscaux déclarent 85,47 milliard de francs soit 3,27 millions chacun en moyenne), tandis que 60 % n’ont que 5000 frs et moins d’économies. Au lieu d’aider les travailleur-euse-s et les précaires, le Conseil d’Etat veut baisser les subsides à l’assurance maladie et les prestations complémentaires AVS/AI, accentuant encore une répartition inégale des richesses.

Question 6 :NON à la baisse des subsides d’assurance-maladie

La première loi consiste en une modification de la loi d’application cantonale sur l’assurance maladie (LaLAMAL), qui change la manière dont le subside d’assurance maladie est accordé aux bénéficiaires des prestations complémentaires AVS/AI.

Actuellement les personnes dont les ressources annuelles ne dépassent que de 6’288 frs (prime maladie moyenne cantonale en 2016) les barèmes donnant droit aux prestations complémentaires ont droit à un subside d’assurance maladie intégral. Cette mesure avait été instaurée à Genève en 1996 lors de l’entrée en vigueur de la LAMAL afin de permettre à ces personnes d’être en règle avec leurs primes maladie et d’être ainsi bien soignées.

Avec ce projet cela pourrait entraîner des réductions de revenus pour plus de 2’000 personnes, soit une économie totale de 4,6 millions de frs sur deux ans. Les baisses maximales seront importantes :-438 frs/mois pour une personne, -966 frs/mois pour un couple ou encore -1180 frs/mois pour un couple avec deux enfants (primes 2014).

Question 7 : Non à la baisse des prestations complémentaires

La deuxième loi consiste en une modification de la loi sur les prestations complémentaires cantonales AVS/AI, qui rajoute au revenu donnant droit aux prestations complémentaires un revenu fictif équivalent au 10% du subside d’assurance maladie. Cette prise en compte entraînera des réductions de prestations pour près de 21’000 personnes menant même pour certains bénéficiaires à ne plus avoir droit aux prestations complémentaires fédérales, cantonales et communales. L’économie pour l’Etat sera de 8 millions de frs sur deux ans car les baisses maximales seront importantes : -580 frs/mois pour une personne adulte, -1’569 frs/mois pour un couple et 1’416 frs/mois pour un couple avec deux enfants.

Ces mesures d’économies sont d’autant plus scandaleuses que les subventions versées par la Confédération au canton pour les assurés modestes et les prestations complémentaires sont en augmentation de 11 millions de frs entre les comptes 2013 et le budget 2015.

En continuant une politique de cadeaux fiscaux aux riches qui paient de moins en moins d’impôts et en économisant sur le dos des plus vulnérables, le Conseil d’Etat accélère l’appauvrissement des travailleur-euse-s et des habitantes de Genève et le renforcement des inégalités sociales.

NON AUX ECONOMIES SUR LE DOS DES PLUS DEMUNIS

LE 28 FEVRIER 2016 REPONDEZ NON AUX QUESTIONS 6 ET 7



Derniers articles