Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Retraites

Affaiblir le système par répartition

Berset, remballe ton paquet !

vendredi 6 mars 2015

par Christiane Jaquet dans Gauchebdo du 06-03-2015

A la veille de la manifestation du 7 mars à Berne, l’Office fédéral des assurances sociales (OFAS) envoie une feuille d’information qui tente de faire croire au féminisme d’Alain Berset. Pas moins de quatre pages veulent prouver l’absence de toxicité du paquet « retraites 2020 » pour les femmes. Sans manquer, habile précaution, de brandir comme un paravent l’accord du Conseil fédéral. Alain Berset a réponse à tout : « Il y aura une augmentation du 2ème pilier puisque les femmes travailleront un an de plus. » Monsieur de la Palice n’aurait su mieux dire. « L’accès sera facilité aux femmes puisque le seuil sera baissé de 21’000 à 14’000 francs. » Enfin, c’est attendu depuis 1975 ! Quant à la suppression des rentes de veuves sans enfants pour économiser 400’000 francs par an ? « Cette rente est un vestige d’un modèle social révolu.

Aujourd’hui on peut raisonnablement exiger des femmes sans enfants qu’elles exercent une activité professionnelle. » Révolu le modèle social ? Sûrement réactionnaire le modèle Berset ! Et l’augmentation de l’âge de la retraite des femmes ? « Un âge de référence différencié pour les femmes ne se justifie plus. C’est un privilège fondé sur le sexe. » La messe Berset est dite.

Affaiblir le système par répartition

Mais les faits sont têtus. Ce fameux paquet est une contre-réforme libérale. ll renforce le 2ème pilier et sa funeste capitalisation si chère aux assureurs vie. Une augmentation des cotisations LPP devrait faire grossir de 2,3 milliards le capital de 750 milliards, au moment où on affame le système AVS. Ce sont d’abord les femmes qui trinquent (âge de la retraite, rentes de veuves). Le système exemplaire de répartition du premier pilier est aussi mis à mal avec des projets de flexibilisation et d’interventions antidémocratiques sur les rentes AVS dont déciderait le Conseil fédéral seul, sans votation. Ainsi, selon le rendement du fonds AVS, des mesures automatiques pourraient entrer en vigueur, comme la suspension de l’adaptation au coût de la vie et une hausse des cotisations de 1%, pendant à des coupes de même ampleur.

En augmentant les cotisations pour la LPP, Alain Berset biaise le calcul des rentes. Pour un salaire de 24’000 francs et des cotisations LPP entre 100 et 260 francs par mois selon l’âge, la rente espérée se montera à 480 francs par mois. En revanche, dans l’AVS, une hausse de 1,8% de la cotisation (ou 36 francs par mois) permet une augmentation de la rente AVS entre 237 et 470 francs par mois. Où sont les avantages, où est le bien commun ?

Le conseiller fédéral ne réfute pas ses compromissions. Dans la NZZ du 22 novembre dernier, il déclare : « Ce paquet contient beaucoup de mesures qui ont été depuis longtemps proposées par les bourgeois : l’élévation de l’âge de la retraite des femmes, la baisse du taux de conversion ou encore les mécanismes d’intervention sur l’AVS. Tout est dedans ! » Il peut ajouter à sa liste la diminution de 300 millions par année de la participation de la Confédération au coût de l’AVS, une hausse de 1,5
point de TVA ou encore le refus gouvernemental de l’initiative « AVSplus » qui demande modestement une augmentation de 10% des rentes AVS...

Où est l’égalité pour les femmes ?

Le système de l’AVS, que malmène le projet Berset, est pourtant le plus favorable aux femmes, y compris son volet « rentes de survivants pour les veuves et les orphelins ». En valeur médiane, les rentes AVS des hommes et des femmes sont proches (20’400 francs par an pour les hommes, 19’800 francs pour les femmes). En revanche, pour le 2ème pilier, les rentes annuelles sont fortement inégalitaires : 32’400 francs et 18’000 francs ! En termes de capital aussi, 150’00 francs et 43’772 francs.

On voit aussi que le système helvé- tique des retraites contraint au maintien au travail certaines catégories jusqu’à l’âge légal de la retraite : ceux et celles qui ont des trajectoires professionnelles dis- continues, ceux et celles qui ont des postes peu qualifiés, ceux et celles qui ont connu des ruptures familiales. Les femmes sont les plus nombreuses dans ces trois catégories !

En conclusion, le paquet Berset ne fait qu’aggraver les inégalités.



Derniers articles