Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

CETIM : CONFÉRENCE-DÉBAT

lundi 13 avril 2015 par Claudio

Mercredi 22 avril, Maison des associations, salle Gandhi
15 rue des Savoises, 1205 Genève à partir de 19h00
Entrée libre et gratuite

Mot de bienvenue de Jean ZIEGLER (à confirmer)
Modération : Guy Mettan

Yash Tandon est auteur de nombreux livres et Professeur honoraire des universités de Warwick, et de Londre Middelesex. Il est le co-fondateur du SEATINI et l’ancien Directeur exécutif du Centre Sud (South Centre), dont le siège est à Genève.

Interprétation assurée vers le français

Soutiens au 09.04.2015 : UNIA, Attac Genève, Alliance Sud, Swissaid


Quatrième de couverture :

La mondialisation a réduit nombre d’aspects de la vie moderne à rien de moins que des marchandises contrôlées par les multinationales. Tout, de la terre à l’eau en passant par la santé et les droits humains, est intimement lié au libre-échange. Et cela est présenté comme la seule voie pour le progrès et le développement…

Le commerce, c’est la guerre conteste l’orthodoxie dominante d’après laquelle le libre-échange bénéficie à tout le monde. Ce livre prouve, par un récit détaillé, justement le contraire.

Yash Tandon n’est pas un intellectuel de salon ; il puise son savoir dans plus de trente années d’expériences sur le terrain. Il est le fondateur et le Président du SEATINI et l’ancien Directeur exécutif du Centre Sud, un think tank des pays du Sud.

Ce livre montre comment l’OMC, les Accords de partenariat économique (APE), comme ceux négociés entre l’Europe et l’Afrique, tout comme d’ailleurs le Grand marché transatlantique (TAFTA ou TTIP), sont imprégnés d’une idéologie masquant un système qui ne roule que dans l’intérêt des entreprises transnationales.

Ce système en crise provoque des conflits en Afrique, en Asie, en Amérique, et aussi en Europe. C’est un navire en train de couler. Cependant partout, des gens résistent. Le commerce, c’est la guerre propose une autre vision : des milliers de bateaux avec, à bord, des communautés autonomes, non violentes et qui travaillent de façon décentralisée, échangeant sur la base de la valeur d’usage selon les besoins réels de l’humanité.

"Sa lecture s’impose à tout homme, toute femme, engagés dans la lutte multiforme pour briser l’ordre cannibale du monde."
Jean Ziegler, Vice-président du Comité consultatif du Conseil des droits de l’homme, sociologue.

« Tandon démontre que ‘le commerce, c’est la guerre’, une guerre menée par les puissants contre leurs victimes traditionnelles, mais avec de nouveaux moyens. Cette étude impressionnante se centre sur l’Afrique, qui a souffert d’horribles crimes. Sa démonstration est puissante et peut être élargie au reste du monde... »
Noam Chomsky, Professeur émérite de linguistique au MIT et commentateur de la politique étrangère étatsunienne

« ... Le livre de Yash Tandon(...) représente une contribution nécessaire et qui arrive à point nommé. Ce livre va aux racines des crises profondes auxquelles nous faisons face en tant qu’humanité. »
Vandana Shiva, activiste environnementale indienne et auteure alter-mondialiste

« ... ‘Le commerce, c’est la guerre’ [...] Yash Tandon l’explique merveilleusement dans ce livre important. »
Samir Amin, Directeur du Forum du Tiers Monde

COMMANDEZ LE LIVRE MAITENANT EN CLIQUANT ICI
PUBLICETIM n°39, 224 pages
2015
ISBN 978-2-88053-111-9
Prix : 15 CHF | 15 Euros

Ce livre a pu voir le jour grâce au soutien de la Ville de Genève via la Fédération genevoise de coopération, ATTAC France, DM Echange et Mission / Pain pour le prochain, l’Association Solidarité Tiers Monde (ASTM Luxembourg), Solidarité Socialiste (Belgique).



Derniers articles