Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Les syndicats manifestent pour le droit de grève

mercredi 18 février 2015

Mobilisation - A l’occasion d’une journée mondiale d’action, divers rassemblements ont eu lieu hier à Genève, épicentre de la mobilisation.

article web de la Tribune de Genève

Les syndicats suisses et internationaux se sont mobilisés hier à Genève, à l’occasion de la Journée mondiale pour le droit de grève. Le mouvement était lancé par la Confédération syndicale internationale. Plusieurs actions ont eu lieu en ville pour dénoncer les attaques des milieux patronaux, au niveau local et global, contre ce droit jugé fondamental.

Après le rassemblement à midi d’une cinquantaine d’employés et syndicalistes des organisations internationales à la place des Nations, des représentants syndicaux de tous pays ont porté leurs revendications à l’Organisation internationale des employeurs, à l’avenue Louis-Casaï, ainsi qu’aux ambassades de pays accusés de graves violations du droit de grève. En fin de journée, une centaine de personnes ont manifesté, à l’appel de la Communauté genevoise d’action syndicale et du Cartel intersyndical de la fonction publique, devant les locaux de la Fédération des entreprises romandes (FER), à la rue de Saint-Jean.

Genève est devenue l’épicentre de cette mobilisation, car c’est ici que le sujet sera débattu le 23 février, à l’Organisation internationale du travail (OIT). Celle-ci doit statuer sur le renvoi devant la Cour internationale de justice de La Haye d’un conflit opposant milieux patronaux et syndicats. Alors que pour ces derniers, la Convention 87 de l’OIT garantit le droit de grève au niveau international, ce texte est interprété différemment par le camp des employeurs.

« Ces dernières années, depuis que la grève est utilisée pour protester contre les politiques d’austérité, les attaques contre le droit de grève se multiplient dans le monde entier et au sein de l’OIT », dénonce Manuella Cattani, présidente de la CGAS. Au niveau local aussi, les syndicats déplorent des atteintes à ce droit, telles que le licenciement de grévistes de l’Hôpital de la Providence, à Neuchâtel, ou de Gate Gourmet, à Genève, ou encore les menaces ou sanctions lors des grèves récentes aux TPG et dans la fonction publique genevoise. « En Suisse, il n’y a pas de protection spécifique contre les licenciements des délégués syndicaux et des grévistes », rappelle Luca Cirigliano, de l’Union syndicale suisse (USS). Le lancement prochain d’une initiative populaire à ce sujet a été annoncé.

Hier soir, des courriers ont été transmis à la FER, membre de la délégation suisse à l’OIT, et à l’Union des associations patronales genevoises (UAPG), pour leur demander d’agir à leur niveau contre les tentatives d’affaiblir le droit de grève. (TDG)

(Créé : 18.02.2015, 20h05)

voir également

photo Demir SONMEZ



Derniers articles