Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Le directeur de l’OMPI se fait taper sur les doigts

mercredi 12 novembre 2014

Deux rapporteurs spéciaux de l’ONU demandent à Francis Gurry de réintégrer le responsable syndical limogé en septembre.

Paru dans La Tribune de Genève, par Alain Jourdan. Mis à jour le 10.11.2014

Les tensions au sein de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) ont pris une dimension inédite. Deux rapporteurs spéciaux de l’ONU viennent d’adresser un courrier au directeur Francis Gurry pour lui rappeler les règles de droit et le presser de réintégrer Moncef Kateb, le représentant du personnel, limogé sans solde le 5 septembre dernier. Du jamais vu !

« Nous tenons à exprimer notre préoccupation après les allégations de harcèlement et de licenciement arbitraire. Nous demandons instamment à votre organisation de protéger les droits (…) de monsieur Kateb et de reconsidérer votre décision de le licencier », écrivent Maina Kiai, rapporteur spécial sur le droit de réunion pacifique et d’association, et Michel Forst, rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits humains. Cette lettre datée du 22 octobre dernier embarrasse les chefs de missions qui ont pu prendre connaissance de son contenu. « On a l’impression que ça ne finira jamais, toutes ces histoires qui agitent l’OMPI », soupire un diplomate. L’année avait pourtant bien commencé pour l’homme qui règne sur l’agence chargée de gérer les brevets et les droits d’auteurs. En mars dernier, Francis Gurry était réélu par acclamation dès le premier tour. Un camouflet pour ses détracteurs, parmi lesquels figurait Moncef Kateb, auteur de rapports très critiques sur la gestion du directeur de l’OMPI. Peut-être la cause de ses ennuis.

Bien qu’il ait tenté d’expliquer par la voie de son service de presse que le licenciement de Moncef Kateb n’avait rien à voir avec ses activités de représentant du personnel, Francis Gurry doit faire face, désormais, à une fronde sans précédent des syndicats. Le bras de fer n’est pas terminé. Mercredi, le bureau du Conseil du personnel de l’OMPI s’est offusqué de la manière dont Francis Gurry opérait pour peser sur l’élection des prochains délégués du personnel. « Il veut des représentants plus dociles », dénonce l’équipe en place. Le feuilleton est loin d’être terminé. D’autres incidents, jusque-là passés sous silence, sèment également le trouble parmi les Etats membres. Derrière les vitres teintées qui habillent l’immeuble de l’OMPI, cette guerre de tranchées use les nerfs et cause de plus en plus de dégâts.

(TDG



Derniers articles