Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

La voiture chassée de la ville

mercredi 5 novembre 2014 par Claude REYMOND

GENÈVE • Le questionnaire sur la mobilité lancé par le canton débouche sur un véritable plébiscite pour les transports publics et la mobilité douce.

publié dans Le Courrier du 5-11-2014 JULIEN REPOND

En septembre dernier, plus de douze mille personnes ont répondu au questionnaire sur la mobilité lancé par le Département des transports. Le grand gagnant est le couple transports publics et mobilité douce. Luc Barthassat, conseiller d’Etat en charge des Transports, assure que les résultats du sondage seront pris en compte dans l’élaboration des politiques publiques, comme l’y invitent vivement les écologistes. La qualité des résultats est cependant large- ment mise en cause.

Mobilité douce encouragée

Dans chacune des trois zones – hypercentre, centre et périphérie –, transports publics et mobilité douce ont largement été désignés comme des priorités par les répondants. Ils ont été plébiscités à 90% dans l’hypercentre, ne laissant qu’un maigre 4% aux véhicules individuels motorisés, à 80% dans le centre et 63% dans la périphérie.

A la question de savoir comment améliorer la mobilité dans le canton, une majorité des sondés plébiscitent l’augmentation des zones piétonnes dans le centre, de nouvelles pistes cyclables, des vélos en libre service, ou encore des journées du type journée sans voiture. A contrario, la mise en place de péages pour financer des infrastructures suscite nettement moins d’enthousiasme. Bien que le questionnaire n’abordait pas directement la question de la traversée du lac, cette dernière s’est trouvée reléguée, dans une question ouverte sur les solutions en matière de mobilité, après des propositions concernant la promotion de la mobilité douce ou la baisse des tarifs des transports publics. Enfin, en matière de politiques à mettre en place lors de pics de pollution, une majorité écrasante des personnes questionnées se disent en faveur de l’interdiction des véhicules les plus polluants ou de la gratuité des transports publics.

Résultats critiqués

Le questionnaire avait suscité bien des critiques sur la représentativité, et donc la valeur, de l’enquête. Le canton y a répondu hier en soulignant que la participation s’était répartie de façon satisfaisante entre les usagers des différents modes de transports et les régions. La possibilité d’une surreprésentation de certains groupes de pression a été écartée, 87% des répondants ayant indiqué ne pas appartenir à des groupes actifs sur les questions de mobilité. « Au TCS, dans les associations de motards, à l’ATE ou chez Pro Vélo, les réseaux ont été activés des deux côtés pour que les membres répondent », ajoute Luc Barthassat.

Diverses réactions

Bien qu’émettant des doutes quant à la fiabilité des résultats, la présidente des Verts genevois, Lisa Mazzone, trouve les résultats cocasses. « Cette consultation, lancée dans le but de contrer l’initiative écologiste pour donner la priorité aux transports publics, apporte finalement de l’eau à son moulin. S’il veut tenir compte de ces résultats, le Conseil d’Etat devrait s’exprimer en faveur de notre initiative. » L’association Actif Trafic a également invité le canton à mettre en place les politiques préconisées par les sondés.

Au TCS, Pierre-Henri Galletti ne s’étonne pas des résultats. Tout en soulignant que la priorité des transports publics et des vélos est « déjà une réalité dans le centre », il insiste sur le fait que la réduction du transport individuel motorisé doit être réalisée parallèlement à des mesures d’évitement du centre pour le trafic, comme une traversée du lac, qu’il estime indispensable.

Le président du MCG, Roger Golay, juge le questionnaire non fiable. « Monsieur Barthassat doit faire un choix entre la commission des transports, représentant le peuple, et un sondage, avec tous les biais qu’il peut comporter », estime-t-il. I


Si la majorité des députés du Grand Conseil n’a sûrement pas participé à ce sondage, les travailleurs des TPG ont entendu l’opinion majoritaire du peuple genevois - lequel devra lui prêter son meilleur soutien ...



Derniers articles