Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

les syndicats disent NON à Ecopop le 30 novembre

mercredi 15 octobre 2014

L’initiative d’Ecopop intitulée « Halte à la surpopulation – Oui à la préservation durable des ressources naturelles » prétend protéger l’environnement en limitant le solde migratoire en Suisse à 0,2 % de la population permanente, alors qu’aujourd’hui ce solde est d’environ 0,9 %, soit quelque 80’000 personnes.

Or, sans proposer des réelles solutions aux enjeux environnementaux, l’initiative fait une fois de plus des migrants les boucs émissaires des problèmes dont le patronat et les autorités suisses sont en grande partie responsables.

Des migrants continueront à affluer vers la Suisse, malgré une politique migratoire plus restrictive.

Par contre, si l’initiative Ecopop est acceptée, ces migrants auront moins de droits. Au bénéfice d’autorisations de séjour précaires ou sans statut légal, ces travailleurs seront à la merci d’employeurs qui pourront les exploiter et en profiter pour mettre sous pression l’emploi et les salaires de tous.

Parce qu’on ne renforce pas les droits des travailleurs en les divisant, parce que tous les travailleurs doivent pouvoir bénéficier des mêmes droits, les syndicats défendent le principe de libre circulation des personnes, exigent plus de droits pour les travailleurs et appellent à voter NON à l’initiative Ecopop.

Ecopop crée des travailleurs précaires

De tous temps, les économies développées ont attiré les travailleur-se-s des régions en crise. Les politiques migratoires restrictives n’y ont jamais rien changé. La Suisse n’est pas une exception. Depuis les années 50, le besoin en main d’œuvre immigrée a oscillé entre 20 % et 25% de la population active.

Avec l’instauration de l’initiative Ecopop, une limite précise sera posée pour la ­population résidente. Toutefois, les employeurs pourront tout à leur guise contourner les contraintes bureaucratiques de l’initiative et même les utiliser contre les travailleurs.
Si l’initiative Ecopop devait être acceptée, ce sont des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants qui se retrouveraient dans une précarité énorme.

Les syndicats refusent de cautionner cette machine à créer des travailleurs précaires et continueront à se battre pour les droits des migrants.

Ecopop précarise les conditions de travail et menace les salaires

La division des travailleurs accentuée par l’initiative Ecopop ferait le bonheur des patrons sans scrupules.
Ils pourraient alors exploiter les travailleurs précaires à merci et en profiter pour mettre sous pression les salaires et les conditions de travail de tous.
Les syndicats ne peuvent qu’appeler à rejeter fermement cette initiative qui deviendrait un puissant levier de précarisation de tous les travailleurs.

Ecopop abolit la libre circulation des personnes et menace les mesures d’accompagnement

Si l’application de l’initiative UDC risque de déclencher la dénonciation de l’Accord sur la libre circulation des personnes par l’Union Européenne, l’initiative Ecopop va plus loin, puisque qu’elle est complètement incompatible avec ce principe.

Les syndicats se sont battus dans les années 90 pour en finir avec le système discriminant des contingents. Ce système précarisait fortement les travailleurs immigrés, notamment par le statut de saisonnier, et renforçait la division des salariés.
Avec la fin de la libre circulation des personnes, les mesures d’accompa­gnement seraient certainement abandonnées, ouvrant la porte au dumping salarial et social.

Les syndicats se prononcent

  • pour le rejet de l’initiative Ecopop ;
  • pour la défense et le maintien de
    la libre circulation des ­personnes ;
  • le renforcement des mesures d’accompagnement et contre tout recul en matière de droits des salariés.

Ecopop menace les retraites

Le système suisse de retraite est financé par répartition. Ce sont les travailleurs actifs qui financent les rentes. La population migrante contribue à 22 % du financement de l’AVS et de l’AI.

La limitation du solde migratoire à 0,2 % risque d’avoir un impact négatif sur l’AVS :

  • la pression sur les salarié-e-s actifs serait encore accentuée, ils cotiseront plus pour financer les rentes ;
  • la pression à la baisse sur les salaires provoquée par l’initiative augmenterait la pression sur les rentes.


Ecopop méprise les femmes et impose une vision néocolonialiste de l’aide au développement

L’initiative veut consacrer 10 % de l’aide au développement de la Suisse au contrôle des naissances dans les pays pauvres. Cette vision néocolonialiste de la coopération nie aux habitants des pays du Sud le droit de décider eux-mêmes de l’orientation de leur vie. Une bonne coopération au développement investit dans la formation, l’emploi, la santé, l’amélioration des conditions de vie et le renforcement de la position et des droits des femmes dans la société, y compris l’auto-détermination sexuelle, dimensions essentielles méprisées par Ecopop.



titre documents joints