Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

JE VOTE OUI LE 18 MAI

jeudi 27 mars 2014 par Claudio

UN TRAVAIL DE VALEUR,
UN TRAVAIL DONT ON PEUT VIVRE

En exigeant un salaire minimum à 4000 francs pour un temps plein, l’initiative se bat pour que chacun puisse vivre dignement de son travail. Il est inacceptable que, dans un pays prospère comme la Suisse, et particulièrement dans l’une des villes les plus chères du monde de plus en plus de travailleur-se-s exerçant leur profession soient dans la pauvreté. A Genève, 33’000 personnes gagnent des bas salaires.
Pour que les salaires indécents soient uneréalité du passé, votons pour un salaire minimumà 4000 francs !


STOP AU DUMPING :
UNE PROTECTION POUR TOUS LES SALAIRES

En mettant les travailleur-se-s en concurrence les uns contre les autres, les salaires sont soumis à une pression à la baisse de plus en plus forte. Les nombreux cas de dumping dénoncés par les syndicats (chantiers publics, Gate Gourmet, etc.) le démontrent : alors que les profits sont toujours plus importants pour les patrons, ceux-ci réduisent les salaires.
L’instauration d’un salaire minimum empêchele dumping et protège les salaires de toutes et tous !


LE SALAIRE MINIMUM LÉGAL :
UNE MESURE NÉCESSAIRE

En Suisse, moins de la moitié des travailleurs est protégée par une convention collective de travail (CCT), et un nombre important de ces CCT prévoient encore des salaires minimaux plus bas que le seuil fixé par l’initiative.
Un salarial minimum légal de 4000 francs accompagnépar des contrôles efficaces et des sanctions dissuasivesen cas de non-respect est le seul moyen d’y remédier !


L’ÉCONOMIE SUISSE PEUT SE PERMETTRE
LE SALAIRE MINIMUM

La productivité du travail a augmenté de 6 % durant la dernière décennie. Malgré cette croissance vigoureuse de l’économie suisse, les salaires ont stagné et même baissé pour beaucoup de salarié-e-s : à Genève le salaire médian à carrément reculé entre 2008 et 2010.
Et pendant ce temps, les entreprises suisses ont versé 33,7 mrds de francs de dividendes en 2013 !
Le salaire minimum permet une meilleure redistribution des richesses pour que la bonne marche des affaires ne profite pas seulement à une petite minorité !

En comparaison internationale, le montant du salaire minimum est raisonnable. Par exemple, l’Allemagne s’apprête à introduire un salaire minimum de 8,5 euros en 2014, qui concerne 16 % des salarié-e-s concernés, alors qu’en Suisse l’introduction d’un salaire minimum à 22 francs bénéficierait à 9 % de la population. Le niveau du salaire est simplement adapté au niveau de vie.


LE SALAIRE MINIMUM PROFITE À L’EMPLOI
ET AUX ASSURANCES SOCIALES

Des salaires plus élevés n’entraînent pas d’augmentation du chômage, au contraire. La Suisse connaît d’ores et déjà de nombreux salaires minimums de branche. Comme le montre l’exemple de la construction, l’augmentation continuelle du salaire minimum durant la dernière décennie a été accompagnée par une augmentation importante des postes de travail. L’introduction d’un salaire minimum en Suisse ne coûterait par ailleurs « que » 0,4% de la masse salariale.

Une augmentation des salaires à concurrence de 4000 francs permet d’encaisser près de 300 millions de francs supplémentaires en presta- tions AVS, AC, AI, etc. Aussi, un salaire correct permettra à bon nombre de personnes de sortir de l’aide sociale. Les économies avoisineront les 100 millions de francs.


PROTÉGEONS LES SALAIRES
ET PAS LES FRONTIÈRES

Le salaire minimum est d’autant plus nécessaire aujourd’hui, après l’acceptation de l’initiative UDC le 9 février. Cette initiative ne protégera pas les travailleurs-se-s de la sous-enchère salariale. Au contraire, l’introduction de contingents et de permis de séjour précaires renfor-cera la concurrence entre les salariés-es et favorisera la baisse des salaires. Ce d’autant plus que certains milieux patronaux veulent démolir les mesures d’accompagnement.
La protection des salaires est et restera donc la seulesolution pour combattre le dumping !


ET LE 1ER MAI,
GRANDE MANIFESTATION POUR
LA PROTECTION DES SALAIRES.

RENDEZ-VOUS À 15H
À LA PLACE DES XXII CANTONS.


Engagez-vous avec nous pour la protection des salaires et un salaire minimum pour tous et participez à la campagne. Contact : info@cgas.ch

Liste des organisations signataires :
ADC Association de défense des chômeurs et chômeuses GE · ALCIP Association de lutte contre les injustices sociales et la précarité · ATTAC Genève Association pour une Taxation des Transactions financières · CGAS Communauté genevoise d’action syndicale, soit : APC, ASEB, AvenirSocial, GaraNto, H&GU, kapers, New Wood, SEC, SEV, SIT, SSM, SSP-VPOD, SSPM, SYNA, Syndicom, Transfair, UNIA, USDAM · Ensemble à Gauche · Groupe Jeunes de solidaritéS · Jeunesse socialiste · La Gauche-Genève · Les Verts genevois · Les Verts transfrontaliers · Les Jeunes communistes · Jeunesse socialiste genevoise · Parti communiste genevois · Parti socialiste genevois · Parti du travail · solidaritéS · La Marche mondiale des femmes, Suisse

PDF - 140.9 ko
2014-03-26ap_cgas_tractbat-2.pdf


titre documents joints

Derniers articles