Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Journée internationale de lutte des femmes pour leurs droits

8 mars 2014 14h00 zone piétonne du Mont-Blanc

mardi 25 février 2014 par Claude REYMOND

En cas d’acceptation du salaire minimum le 18 mai 2014, les femmes seront les principales bénéficiaires

En effet, 1 femme sur 8 gagne moins que le salaire minimum demandé. A cela, il faut ajouter que près de 60% des femmes exercent une activité lucrative à temps partiel. Elles subissent donc une double peine : des bas salaires et quand vient le temps de la retraite, des conséquences pécuniaires lourdes.

Les secteurs dits féminins : des secteurs à bas revenus

Parmi les branches d’activités les moins bien rému­­-nérées, se trouvent des métiers dits féminins. En effet, les femmes sont souvent majoritaires dans les métiers les moins valorisés : vendeuses, serveuses, coiffeuses, ­esthéticiennes, métiers du social et de la santé et, bien sûr, les activités de ménage pour des personnes privées.

Dans ces secteurs, des conventions collectives avec des salaires corrects sont difficiles à négocier.

Le salaire minimum est la meilleure mesure d’accompagnement

Après l’acceptation de l’initiative de l’UDC contre la libre circulation le 9 février dernier, les représentants patronaux ont déjà annoncé vouloir supprimer les mesures d’accompagnements. Ces dernières permettaient d’instaurer des salaires de référence au travers d’une convention collective ou d’un contrat-type.

L’instauration d’un salaire minimum légal est donc le seul moyen sûr de protéger les employées de ces secteurs contre la sous enchère et des rémunérations misérables.

Le salaire minimum diminue l’écart salarial entre hommes et femmes

La différence salariale entre femmes et hommes au plan national est de 18,4% (chiffres 2010) : cet écart salarial doit être réduit !

L’instauration d’un salaire minimum légal de 22 francs de l’heure est un pas de plus vers l’égalité salariale.

En Angleterre, la réduction la plus importante de l’écart salarial entre femmes et hommes est survenue lors de l’introduction d’un salaire minimum en 1999...

Les femmes sont la majorité dans ce pays. Le 18 mai prochain, leur OUI au salaire minimum légal sera décisif.

PS:

ADC Association de défense des chômeurs et chômeuses GE
ALCIP Association de lutte contre les injustices sociales et la précarité
ATTAC Genève Association pour une Taxation des Transactions financières
CGAS Communauté genevoise d’action syndicale, soit : APC,ASEB, AvenirSocial, GaraNto, H&GU, kapers, New Wood, SEC, SEV, SIT, SSM, SSP-VPOD, SSPM, SYNA, Syndicom,Transfair, UNIA, USDAM
Ensemble à Gauche
Groupe Jeunes de solidaritéS
Jeunesse socialiste
La Gauche-Genève
Les Verts genevois
Les Verts transfrontaliers
les Jeunes communistes
Jeunesse socialiste genevoise
Parti communiste genevois
Parti socialiste genevois
Parti du travail
solidaritéS




titre documents joints

Derniers articles