Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

NON A L’INITIATIVE XENOPHOBE ET RACISTE DE L’UDC

lundi 13 janvier 2014 par Claude REYMOND

Le Bureau de la CGAS a décidé le 07-01-2014 de soutenir l’action du comité unitaire pour l’organisation de la fête de solidarité suisses-immigrés-frontaliers qui se tiendra dans le cadre de la campagne contre l’initiative de l’UDC. Elle aura lieu le samedi 1er février de 17 h. à minuit, à la Maison des Associations (rue des Savoises) où nous pourrons disposer de l’ensemble du rez-de-chaussée, à savoir les deux grandes salles, le restaurant, la salle attenante à celui-ci et le hall compris.

Le comité unitaire porte les axes suivants :


Le 9 février, l’initiative de l’UDC dite « contre l’immigration de masse » sera soumise aux personnes qui ont le droit de vote en Suisse. Cette initiative cible directement migrant-e-s, frontaliers/ères et réfugié-e-s. Elle divise les salarié-e-s et milieux populaires de ce pays. En prétendant défendre les seuls travailleurs Suisses, une manœuvre politicienne pour s’approprier quelques suffrages de plus, elle affaiblit l’ensemble des salarié-e-s face aux politiques antisociales des milieux dominants.

Les vraies causes des migrations

Selon l’UDC l’immigration est « le bouc émissaire » de tous les maux. Par contre, elle ne dit rien sur l’essentiel : globalement les immigré-e-s et frontaliers/ères participent pour une grande part au développement de ce pays, ils/elles viennent en Suisse pour travailler, ils/elles produisent donc une part de la richesse bien plus importante que la moyenne et financent les assurances sociales.

L’UDC criminalise les migrant-e-s mais ne pipe mot sur le fait que la Suisse est un Eldorado pour l’argent, propre ou sale, quelle que soit sa provenance. Ses banques et instituts financiers gèrent plus de 15% des fortunes, alors qu’elle compte moins de 1% de la population mondiale !

L’UDC ne dit rien sur le fait que c’est ce trafic de capitaux qu’il faut faire cesser et aussi qu’il faut laisser les richesses contribuer au développement des pays où elles sont produites au lieu de mettre des obstacles supplémentaires sur le chemin des personnes qui, pour avoir un emploi, sont contraintes de suivre le capital dans les pays où il planque ses profits. L’UDC ferait bien de se battre contre les migrations prédatrices du capital, partout source de chômage et de misère, cela freinerait bien plus efficacement l’exode des personnes à la recherche d’emplois.

Que prévoit concrètement cette initiative ?

  • Elle remet en cause les accords entre la Suisse et l’Union Européenne sur la « libre » circulation des personnes », en réalité « l’émigration contrainte », qui adoucissent quelque peu le sort des migrants de cette zone. Tous les accords bilatéraux entre la Suisse et l’UE seraient de plus menacés.
  • Elle soumet l’ensemble de l’immigration au contingentement, donc aux aléas de la conjoncture. Le président de l’UDC parle même réintroduire le statut de saisonnier.
  • Elle priorise les besoins de main-d’œuvre du patronat dans l’attribution des autorisations.
  • Elle ne prévoit aucun garde-fou contre les abus patronaux, c’est la voie libre au dumping sur les salaires, au détriment de TOUS les salarié-e-s.
  • Elle prévoit que les contingentements appliquent le principe de la préférence nationale. C’est en contradiction avec le principe de la priorité aux patrons pour l’attribution des autorisations. Ceux-ci choisiront systématiquement les bas salaires.
  • Elle stipule que le droit des migrant-e-s à un séjour durable, au regroupement familial et à l’aide sociale peut être limité ; c’est dénier aux travailleurs/euses migrant-e-s leur qualité d’êtres humains.
  • Elle exige des migrant-e-s une source de revenu autonome. Monsieur Blocher ne devrait pas s’inquiéter : les personnes disposant d’une petite fortune ne migreront pas ; les autres par contre seront autant de clandestins en plus qui ne contribueront plus aux assurances sociales.


Nous n’avons pas peur du débat

Au premier slogan UDC (cf. son tout ménage) : « l’immigration sans limite est devenue culturellement ingérable », nous répondons « c’est l’apport d’autres cultures qui enrichira la nôtre ». Protéger notre propre culture contre celle des autres, c’est stagner et ne pas avoir confiance en elle.

Au deuxième slogan UDC : « les plus de 50 ans et les jeunes sont menacés sur le marché du travail », nous répondons « ce ne sont pas les immigrés qui menacent les emplois, ce sont les délocalisateurs à la recherche de salaires toujours plus bas ». Ce sont aussi les forces qui, comme l’UDC, suppriment des milliers d’emplois dans le secteur public.

Au troisième slogan UDC : « chaque seconde 1,1 m² est bétonné en Suisse, c’est trop » nous répondons « c’est vrai, mais ce n’est pas pour les migrants qu’on bétonne, c’est pour les milliardaires qui tous veulent une, deux, trois résidences grandes comme des palaces au bord de nos lacs et de nos rivières, ou encore dans nos montagnes pour le plus grand profit des promoteurs ».

Toutes et tous à la fête pour réaffirmer la solidarité suisses, immigré-e-s, frontaliers/ères !

Contre les xénophobes et racistes qui empoisonnent partout les rapports sociaux, fraternisons et affirmons notre solidarité… Vive les différences culturelles, elles enrichissent notre culture !



Derniers articles