Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Reconnaître et respecter les droits syndicaux du personnel des Nations Unies

jeudi 21 novembre 2013 par Claude REYMOND

résolution de l’assemblée de délégué-e-s de la CGAS du 21-11-2013

Le Secrétaire général de l’ONU a récemment retiré le droit de négociation collective aux représentants élus du personnel des Nations Unies. Nous considérons que l’ONU envoie ainsi un message inacceptable au monde entier, comme quoi les travailleurs n’ont pas droit à la négociation collective. Ceci est d’autant plus inacceptable qu’il s’agit d’une organisation mondiale dédiée à la paix et la justice sociale, et défendant la Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations Unies – ainsi que les conventions fondamentales internationales du travail relatives à la liberté syndicale et à la négociation collective de l’Organisation internationale du Travail.

Dans un contexte où les droits des travailleurs sont attaqués dans les secteurs publics et privés, nous sommes convaincus que l’ONU envoie le mauvais message en niant les droits fondamentaux des travailleurs à son propre personnel. Les employés de l’ONU sont souvent exposés à des risques particuliers par rapport à leur santé et leur intégrité physique, tout en ayant un fort sentiment de promotion de la paix et de la dignité humaine dans un contexte mondial.

Pour une grande partie du personnel de l’ONU, cette situation affectera directement leur sécurité au travail et les placera à un plus haut risque. Par exemple, à l’heure actuelle, le personnel n’est pas en mesure de négocier au nom des agents de sécurité de l’ONU pour les protéger sur le terrain et doivent à la place compter sur des entreprises de sécurité privées blindées.

Pour les syndicats de Genève, unis au sein de la Communauté genevoise d’action syndicale, cette situation est inacceptable ! Nous soutenons pleinement les syndicats du personnel des Nations Unies dans leurs demandes et nous soutiendrons toutes les actions publiques qu’ils entreprendront. Nous nous engageons également à soulever cette question importante avec les autorités de la Ville de Genève, du Canton et le gouvernement suisse.



Derniers articles