Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

ambassade des victimes d’intimidation de la part de Nissan auprès des visiteurs du 83e salon international de l’automobile à Palexpo

lundi 4 mars 2013 par Claude REYMOND

Monsieur Claude MEMBREZ
Managing Director
Palais des expositions
case postale 112
1218 Grand-Saconnex

Genève, le 01-03-2013

Monsieur le Managing Director,

Je vous remercie d’avoir reçu ce 28 février la délégation syndicale, constituée d’un représentant du mouvement syndical genevois et de deux collègues d’industriALL, qui venait vous exposer les objectifs ambitionnés par nos camarades du Mississippi à l’occasion du 83e salon international de l’automobile à Palexpo ces prochains jours.

Nous venions vous demander de faciliter l’installation d’un stand à proximité de la porte principale - afin de permettre à celles et ceux auquel Nissan USA refuse l’exercice des droits syndicaux d’en expliquer toute l’incongruité puisque la holding en question ne conteste pas ses succursales, notamment sur notre continent, de s’obliger à les respecter - , de quatre banderoles sur la passerelle lancée en dessus de l’autoroute et d’un tipi dans le parc Sarrasin pour mettre à l’abri des rigueurs du temps nos manifestant-e-s pendant la période du salon.

Nous avons échangé franchement et été amenés à mieux comprendre les contingences auxquelles la société que vous représentez doit faire face depuis des années, à mesurer toute la difficulté de ménager la chèvre idéelle et le chou de sa soupe quotidienne.

Nous avons toutefois la certitude d’avoir été écoutés, d’une telle manière que lorsque les délégations se sont séparées, elles se quittaient avec un bon entendement dont les participant-e-s m’ont confié l’honneur d’en rapporter l’état à tous pour validation.

concernant l’objet en titre

1. les représentant-e-s syndicaux - sous les bannières de cette entête - renoncent a) à tenir un stand près des bâtiments de Palexpo, b) à la pose de bannières sur le territoire de ce dernier, c) à sédentariser une installation extérieure pendant le 83e salon ;

2. Palexpo accepte a) la mise en terre de l’Arbre de la liberté syndicale (à feuillage non persistant, comme un érable rouge) dans son parc tout proche, b) autorise une cérémonie d’une heure pour ce faire, au cours de laquelle l’ambassade pourra s’exprimer devant les médias qu’elle aura convié à cet effet, c) après cette dernière, Palexpo facilitera aux travailleurs venant du Mississippi l’accès à l’exposition pour qu’ils puissent remettre une adresse au stand Nissan, voire une voiture en chocolat suisse à l’intention de celui Volswagen...

Il est en outre convenu que

1. les identités des membres de l’ambassade seront communiquées au Directeur du Département des opérations de façon à ce que la sécurité soit instruite de leur « immunité » ;

2. les ambassadeurs pourront déambuler avec des cartons A3 visibles sur leur poitrine et dans leur dos sur les accès publics au salon - mais sans ni pénétrer dans ses bâtiments ni stabuler devant ses entrées, comme en outre se promener avec leurs signes distinctifs dans l’espace grevé de l’ancienne servitude « de chars et de talons » - préexistante au cadastre genevois et nécessaire au temps où les travailleurs des champs pouvaient en traverser d’autres qui n’étaient pas les leurs ;

3. l’Arbre de la liberté syndicale sera planté* à proximité d’un banc, près du chemin des Préjins ; Monsieur Philippe ECHIVARD mettra le sous-signé en rapport avec le jardinier pour être certain d’utiliser un lieu qui procure une terre adéquate ;

4. pour autant que son ampleur ne soit pas démesurée, une confraternité des citoyen-e-s de tous les pays pourra être entretenue chaque jour du 83e salon près du végétal susmentionné.

Après avoir formulé plus haut ce qu’il me semble avoir perçu dans l’énoncé des intelligences respectives, je m’aperçois que nous n’avons pas abordé certains aspects « pratiques ».

Initialement, les organes syndicaux prêtant leur concours à la démonstration des travailleurs d’outre Atlantique envisageaient de substenter ces derniers sous le tipi. Avec les convenances ci-dessus, il faudrait donc encore régler d’autre manière la question de la nourriture et de l’usage de sanitaires pour nos camarades.

Je suggère l’hypothèse suivante : lorsque industriALL communiquera l’identité de nos ambassadeurs étasuniens, il paye pour chacun d’eux un billet d’entrée et reçoit de Palexpo autant de « laisser-passer » qui permettront à leurs porteurs d’accéder les autres jours - aussi souvent que nécessaire - d’une part aux sanitaires du rez-de-chaussée et d’autre part, aux restaurants proches - à raison d’une heure et demie dans un créneau horaire arrêté par les responsables des établissements disposés à servir cette clientèle**, lesquels statueront raisonnablement selon le degré d’affluence des autres consommateurs.

*le jeudi 07-03

**par groupe de 5 ?

Mais peut-être que Palexo a-t-il déjà préconisé dans ce domaine une formule à d’autres activistes, et alors nous l’étudierons volontiers.

Ces dispositions ont reçu l’agrément de mes collègues, aussi nous restons dans l’attente de votre détermination.




titre documents joints

Derniers articles