Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Mercredi 13 février 2013 · dès 18h30 = hommage à Chokri Belaid

Maison des Associations · Genève

mercredi 13 février 2013 par Claude REYMOND

Un moment d’échange, de recueillement et de mobilisation pour dénoncer le crime politique, pour rompre avec les pourvoyeurs de la violence et pour rendre hommage au camarade Chokri Belaïd et à tous les martyrs de la révolution tunisienne !


Ce mercredi 6 février 2013, une action criminelle concertée a arraché la vie du camarade Chokri Belaïd, militant historique de la gauche tunisienne, Secrétaire général du Parti Unifié des Patriotes Démocrates et l’un des dirigeants du Front Populaire pour la Réalisation des Objectifs de la Révolution en Tunisie (FPror).

Quelques heures avant son assassinat, Chokri Belaïd, invité sur un plateau de télévision avait dénoncé « la violence politique pratiquée méthodiquement par certains partis politiques. » Il avait ainsi accusé des « ligues criminelles » d’opérer des « assassinat politiques ».

En effet, plusieurs agressions ont été menées contre les meetings et les assemblées générales du FPror et d’autres partis et associations. Ces violences ont déjà causé la mort d’un cadre du parti Nida Tounés, le regretté Lotfi Naguadh battu à mort par des représentants des soi-disant « Ligues de défense de la révolution » (LDR) qui ne sont en vérité que les milices des islamistes au pouvoir.

Il est aujourd’hui évident pour une partie de plus en plus large de la population tunisienne que ce sont l’esprit et les pratiques de la politique menés par le gouvernement de la troïka avec à sa tête les islamistes d’Ennahdha qui sont responsables de la terrible dégradation sociale et économique que vit la Tunisie actuellement, en complète opposition avec les objectifs affirmés de sa révolution : liberté, dignité, justice sociale. Bien au contraire, la troïka n’a engendré que violences et humiliations, criminalisation des mouvements sociaux, tolérance à l’égard de la violence politique contre les démocrates et de la misère sociale.

Chokri Belaid, par son origine, par son parcours personnel et son engagement irréprochable durant toutes ses années d’opposition au pouvoir, nous engage à poursuivre nos luttes pour une Tunisie libre, moderne, égalitaire et progressiste. Suite à la violence ignoble dont l’ampleur vient d’atteindre avec ce crime, un seuil nouveau. Toute la Tunisie de la révolution a salué la
mémoire de l’une de ses grandes figures à travers des funérailles nationales. A l’appel de l’opposition démocratique et de l’Union Générale Tunisienne du Travail, une grève générale a été observée en Tunisie à cette occasion.

Madame Besma Khalfaoui, la veuve du défunt Chokri Belaid, a rappelé que son mari a été « menacé plusieurs fois et avait lancé des avertissements à maintes reprises, sans résultat. » On lui répondait qu’il devait assumer le fait d’être un opposant à Ennahdha. « Mais - a-t-elle ajouté - nous ne les combattrons pas par le sang, nous combattrons par la parole et par la preuve.

Chokri Belaid était fidèle aux principes de la révolution, il a défendu le droit du citoyen à la dignité et à la liberté jusqu’à son dernier souffle. »
Seul notre engagement et nos luttes peuvent prolonger ce souffle et l’unir à toutes les forces de la Tunisie déterminées à faire aboutir les objectifs premiers de sa révolution, objectifs énoncés clairement et sans haine du 17 décembre 2010 au 14 janvier 2011, avant le retour des brigands opportunistes et haineux.

http://www.solidarites.ch/geneve/index.php/agenda/608-13-02-2013-fpror-chokri-belaid

http://www.facebook.com/events/533903506630302/



Derniers articles