Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Les personnes étrangères, toujours exclues de l’Histoire genevoise...

mardi 16 octobre 2012

Genève, le 15.10.2012

En ce lendemain de votation, ViVRe (Vivre, Voter, Représenter) tient à relever que le soupir de soulagement des promoteurs et promotrices de la désormais nouvelle constitution, acceptée à 54.1%, est un mauvais signe pour les résident-e-s étranger-e-s dont ViVRe défend les droits civiques, qui restent toujours exclu-e-s de l’Histoire genevoise.

Le déni actuel des droits élémentaires des résident-e-s étranger-e-s à voir leur suffrage communal élargi à une véritable citoyenneté cantonale se trouve ainsi doublement confirmé. D’une part, cet élargissement a été sacrifié sur l’autel d’une négociation où Socialistes et Vert-e-s ont majoritairement cru bon de le remettre à des temps meilleurs, sous pression des populistes et xénophobes. De l’autre, il a été mis en balance avec des considérants financiers soutenus par la droite, ce qui, vu la conjoncture budgétaire restrictive, constitue un dangereux précédent pour les alliances à venir de ces partis gouvernementaux.

Même si la nouvelle constitution n’entrera en vigueur qu’en juin 2013, c’est évidemment dans ce nouveau cadre que devra se déployer l’indispensable combat auquel ViVRe ne cessera pas d’appeler.

Il est toutefois des signes encourageants pour ce futur défi. Tous les commentaires ont souligné l’étroitesse de la victoire du camp du OUI, qui ne l’emporte, du fait de l’abstention élevée, que de quelques 6’000 voix et de 2.5% de l’électorat, essentiellement celui des beaux quartiers, toutes les communes populaires et la Ville ayant voté contre. Vu la disproportion des moyens, l’appui de pratiquement tous les partis hors une extrême-droite d’abord complice puis inaudible, les hésitations du monde associatif et l’unilatéralisme de l’information officielle, c’est presque un très beau résultat.

L’alliance et les synergies qui se sont créées ou renforcées dans la bataille perdue du comité unitaire pour le NON a donc des assises populaires prometteuses. Il aurait d’ailleurs suffi de quelque 3 à 4 mille voix pour que le partenariat constitutionnel négocié par la gauche tendre et la droite économique sur le dos des étranger-e-s soit sanctionné comme nous l’espérions. C’est une réalité politique et sociale sur laquelle il est nécessaire d’appuyer le combat de ViVRe.

Au-delà des scories d’une campagne qui a été rude, on veut croire que les nombreux et nombreuses militant-e-s sincères en faveur des droits politiques des étranger-e-s que comptent tous les partis de la place n’y feront pas défaut. Quant à la campagne ViVRe, elle compte bien pouvoir se reconstruire dans une forme qui puisse lui permettre de continuer à défendre ses objectifs et à rassembler le plus de soutiens possibles à cet égard.

Pour la campagne ViVRe, Julien Cart, 076 224 12 70 Dario Ciprut, 077 414 19 12 www.campagnevivre.ch



Derniers articles