Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Rejet du prix unique du livre : la position de l’USS

subventionnement ?

Désormais, le livre devra être mieux protégé

lundi 12 mars 2012
PDF - 281.2 ko
2012-03-11uss_16_Prix-livre.pdf

Ce dimanche de votation est un jour noir pour le livre en Suisse, et même globalement pour toute la culture. En rejetant la loi sur la réglementation du prix du livre, c’est-à-dire le prix unique du livre, la majorité des citoyen(ne)s a malheureusement suivi les idéologues du marché, qui aimeraient étendre le marché libre et la concurrence sauvage si possible à tous les domaines de la vie et sans se préoccuper aucunement des conséquences qui en découleraient. En l’absence d’un prix unique du livre, la Suisse va faire cavalier seul, si l’on regarde ce qui se passe chez nos voisins. Et cela aura des conséquences néfastes sur le marché indigène du livre, que nous ne sommes pas encore en mesure d’évaluer.

Le non à la loi sur la réglementation du prix du livre fera disparaître encore plus de petites et moyennes librairies ces prochaines années ainsi que de nombreux emplois précieux. La publication de livres indigènes à petit tirage potentiel n’en deviendra que plus difficile encore et des petites maisons d’édition devront alors fermer. Il ne s’agit pas là des scénarios-catastrophes, mais de la leçon à tirer des expériences faites dans les pays qui ont déjà renoncé au prix unique du livre.

Les pouvoirs publics doivent contrer la menace d’une telle évolution en prenant les mesures appropriées. Comme le moyen le plus avantageux à disposition à cet égard — le prix unique du livre — n’entre pas en ligne de compte vu le verdict des urnes, ne reste plus que les mesures d’encouragement directes que la Confédération peut prendre.

Lors de cette votation, les opposants au prix unique du livre les ont aussi proposées comme solution de rechange au prix unique. Il faut donc les prendre au mot et exiger d’eux qu’ils passent désormais aux actes.



Derniers articles