Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

LASI = réponse à François Longchamp

La situation des bénéficiaires du RMCAS sera péjorée

(Courrier des lecteurs de la TG du 9 novembre 2011)

jeudi 10 novembre 2011 par Claude REYMOND

François Longchamp, conseiller d’Etat en charge du Département de la solidarité et de l’emploi, affirme dans une lettre de lecteur publiée dans la Tribune de Genève du 9 novembre 2011 que le projet de modification de la loi sur l’aide sociale (LASI) en votation le 27 novembre 2011 ne péjorera pas la situation financière des bénéficiaires du RMCAS (Revenu Minimum Cantonal d’Aide Sociale). Il écrit que les chiffres avancés en particulier dans le tout ménage distribué à la population par les opposants sont grossièrement faux*.

Nous ne pouvons pas laisser ces affirmations péremptoires sans réagir. Le magistrat cantonal a tout simplement confondu la notion de seuils d’entrée dans le dispositif RMCAS ou aide sociale (auxquels il était fait référence dans le tout ménage) avec la notion de prestations allouées. Les baisses des seuils d’entrée (revenu maximum à ne pas dépasser pour bénéficier des prestations) de 400.- fr. pour une personne seule ou de 938.- fr. pour 4 personnes auront pour conséquences avec la suppression du RMCAS d’exclure de l’aide sociale beaucoup de chômeurs en fin de droit et de soumettre à conditions de revenu les prestations comme l’allocation de retour en emploi, l’emploi de solidarité ou l’allocation de formation.

A l’origine, le RMCAS avait été créé en 1995 par un magistrat radical Guy-Olivier Segond pour éviter que les chômeurs en fin de droits « tombent » à l’assistance. La révision de la LASI les y renvoie et leur impose des stages d’évaluation à l’emploi. Un tri entre personnes employables et inemployables est réalisé selon des critères non transparents. Tout ce dispositif sera géré par l’Hospice Général, institution sociale, et non par l’Office Cantonal de l’Emploi, qui perd dès lors son rôle de trouver du travail à ces demandeurs d’emploi.

L’accès des bénéficiaires du RMCAS ou de l’aide sociale aux mesures de réinsertion professionnelle aurait pu se réaliser avec une simple modification de la loi cantonale en matière de chômage actuellement en révision auprès du Grand Conseil genevois. Un non le 27 novembre dans l’urne devrait le permettre.

Pour le comité référendaire LASI : Gérald Crettenand

PS:

* Nous avons reçu sa lettre visible là.>




titre documents joints

Derniers articles