Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Demande de réévaluation de la fonction aide-soignant-e HUG

Poursuite de la grève

vendredi 4 novembre 2011

Genève, le 4 novembre 2011

Aux médias concernés

Madame, Monsieur,

Alors qu’ils-elles avaient déjà réussi hier à renforcer très fortement le mouvement de grève, les aides-soignantes sont parvenues aujourd’hui à élever encore le degré de mobilisation. Ils-elles n’étaient pas loin de 200 à se retrouver en début de matinée.

Au cours de l’assemblée qui a suivi le piquet de grève, les aides-soignant-e-s ont eu l’occasion de clarifier leurs positions quant à leurs revendications ainsi qu’aux moyens de lutte qu’ils-elles entendent déployer. Il a ainsi été décidé à l’unanimité que :

  1. les aides-soignant-e-s n’entendent pas accepter qu’une seule classe de fonction, d’autant plus qu’elle ne bénéficierait qu’à une minorité d’entre eux-elles, mais en veulent trois. Une seule classe représente en effet une reconnaissance tout à fait insuffisante de la qualité actuelle de leur travail ;
  2. les aides-soignant-e-s exigent que les classes qui leur seront accordées le soient de manière égalitaire entre eux-elles, et non pas selon le mode traditionnel de coulissement qui crée de très fortes inégalités selon l’ancienneté ;
  3. les aides-soignant-e-s attendent du Conseil d’Etat qu’il entreprenne avec eux-elles de véritables négociations, qui ne remettent pas en cause les acquis, et qu’ils elles iront lui le dire à leur rencontre de lundi à 10h00, rencontre à laquelle ils-elles se rendront en manifestation.
    Par ailleurs, à l’unanimité toujours, les aides-soignant-e-s ont décidé la reconduction de la grève jusqu’à mercredi au moins.

A l’issue de leur assemblée, les grévistes se sont rendu-e-s en manifestation silencieuse, masque chirurgicale sur la bouche, à la pose de la première pierre du futur bâtiment des lits. Cela a été l’occasion de se rappeler au bon souvenir du Conseil d’Etat, représenté par son Président, M. Muller, ainsi que notre ministre de la santé, M. Unger. Mais surtout de démontrer à M. Gruson son inaptitude au calcul, lui qui déclarait encore ce matin n’avoir dénombré que 70 grévistes – nous étions alors 230 !

Pour le SSP Corinne Beguelin

Pour le SIT Manuela Cattani



Derniers articles