Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Egypte : évitons le massacre !

Développer une identité internationaliste

vendredi 4 février 2011

Le mouvement syndical genevois a été sollicité par la représentante de la Confédération syndicale internationale auprès du BIT pour organiser une démonstration en soutien du mouvement égyptien pour une transition démocratique au plus tôt.

Par ailleurs la commission CGAS solidarité internationale a été saisie de la demande d’un coup de main pour la mise sur pied d’un organisme faîtier de soutien aux luttes engagées au sud de la Méditerranée.

Nous sommes informés par nos réseaux que des organisations représentatives algériennes préparent une grande manifestation nationale pour le 12 février avec convergence sur Alger.

Dans ce contexte, nous publions l’appel de deux anciens présidents syndicaux à Genève et au niveau fédéral de SSP/VPOD et de Comedia.


Chères amies, chers amis,

Nous avons tous et toutes pu voir sur nos écrans la contre-offensive violente des partisans de Moubarak contre la population égyptienne en lutte pour un changement de régime, nous avons pu voir d’où vient la violence. Nous ne pouvons rester passif face à cela. C’est pourquoi nous en appelons au Forum social européen. Nous estimons qu’il doit se saisir de cette question. En effet, elle
s’inscrit dans le cadre des mouvements qui secouent le monde arabo-musulman contre la vie chère, contre le chômage, contre la pauvreté, pour la démocratie et la liberté d’expression. Nous devons apporter notre contribution à ces luttes, notamment en IMPULSANT EN EUROPE UN MOUVEMENT DE SOLIDARITE INTERNATIONALISTE avec le soulèvement populaire exigeant le départ de Moubarak et de son régime dictatorial depuis 30 ans soutenu par les puissances dites "démocratiques" occidentales, en premier lieu les Etats-Unis.

Il s’agit aussi de développer une PROTESTATION MASSIVE CONTRE L’INTERVENTION DES BANDES ORGANISEES PAR LE REGIME, auxquelles participent de nombreux policiers en civil. Le combat du peuple égyptien est aussi le nôtre.

Le but de la contre-offensive sanglante de Moubarak est clair : après son intervention de mardi soir promettant de se retirer en septembre, il s’agit, cette fois-ci avec la complicité de l’armée, qui semble avoir conclu un pacte avec les pro- Moubarak leur garantissant une position de laisser-faire, d’attaquer les forces populaires exigeant son départ et un changement de régime. Moubarak et son gouvernement essaient ainsi de profiter d’un « creux » dans la mobilisation après la démonstration monstre de mardi pour expulser les manifestants de la place Tahrir, la place de la liberté, devenue un symbole. L’armée elle-même a aussi demandé aux manifestants de quitter la place et de regagner leur domicile. Cette exigence est évidemment inacceptable car arrêter cette lutte maintenant, alors que Moubarak est toujours en place, c’est s’exposer à une reprise en main brutale de la situation et laisser cette autorité corrompue instaurer un régime de terreur. L’attaque actuelle n’est qu’un avant-goût de ce qui pourrait arriver si les partisans de Moubarak devaient parvenir à leurs fins.

Toutefois, il est évident que même si l’armée a dû se résoudre à accepter le retrait de Moubarak, son régime est toujours là et ses partisans vont continuer d’harceler les opposants. Ce régime toujours en place n’hésitera pas à employer tous les moyens répressifs contre les manifestants, cette fois en jouant de la corde nationaliste par l’affirmation mensongère que le mouvement populaire serait impulsé et manipulé par l’Occident. La répression policière et les attaques des bandes armées pro-Moubarak ont déjà fait des centaines de morts et des milliers de blessés.

C’est clair, l’avenir du peuple égyptien se décidera en Egypte. Nous n’avons aucune leçon à donner au mouvement d’opposition à Moubarak. Mais l’Egypte et son régime dictatorial a été largement soutenu par les puissances occidentales. Nous avions jusqu’à aujourd’hui de la peine à dénoncer cette dictature qui se présentait comme un rempart contre le fondamentalisme islamiste. La situation a changé, c’est maintenant le peuple qui se mobilise pour un autre régime. C’est pourquoi
notre solidarité internationaliste à ce mouvement doit être pleine et entière. Partout où c’est possible nous devons manifester contre la répression violente du mouvement d’opposition à Moubarak. Celui-ci n’a pas hésité à faire tirer sur la foule qui manifestait pacifiquement. Ce sont les manifestants qui représentent
la démocratie et l’espoir d’un changement, et cela tout de suite et non dans les rythmes, le "bon ordre" demandé par les américains.

Liberté et démocratie, c’est ce que réclame le peuple égyptien. Ces valeurs sont universelles, elles nous concernent tous et toutes, où que nous soyons dans le monde. Lorsqu’un peuple lutte pour elles, nous devons lui exprimer notre solidarité universaliste. Lorsqu’il se bat pour se débarrasser d’un régime dictatorial et corrompu, nous devons essayer de nous mobiliser là où nous sommes pour répondre à nos propres bourgeoisies qui voudraient bien dicter leurs conditions.

Le peuple égyptien doit lui-même décider de son avenir et se débarrasser de ses tyrans, mais il doit savoir que tous les internationalistes du monde le soutiennent. Il est partie d’un combat qui va au-delà des Nations, il est partie d’un combat contre les conditions fixées par la bourgeoisie multinationale qui participe au pillage d’une partie de ses richesses, cela avec la bénédiction de sa propre bourgeoisie qui recueille quelques miettes pour sa « bonne conduite ». Les internationalistes doivent tout faire pour éviter un « Tien an Men » égyptien, ils doivet tout faire pour réduire les marges de manœuvre des bourgeoisies qui, quoi qu’elles disent, sont toutes intégrées au capitalisme globalisé.

Nous devons réinventer l’internationalisme et clairement nous positionner du côté
des peuples qui se soulèvent partout dans le monde arabe. Leurs gouvernements parfois dictatoriaux, parfois féodaux, parfois fondamentalistes religieux veulent tous continuer à imposer une chappe de plomb aux peuples de ces pays. Ceux-ci, partout, dénoncent le chômage et la pauvreté absolue dans laquelle ils croupissent.

POUR TOUTES CES RAISONS NOUS EN APPELONS AUX MOUVEMENTS SOCIAUX REUNIS AU SEIN DU FORUM SOCIAL EUROPEEN, LEQUEL A UNE IMPLANTATION INTERNATIONALE, A PRENDRE EN CHARGE DES MOBILISATIONS PARTOUT EN EUROPE, A INTERVENIR AUPRèS DE LEUR PROPRE GOUVERNEMENT POUR QU’ILS FASSENT PRESSION CONTRE LA REPRESSION A L’ENCONTRE DES PEUPLES DU MONDE ARABE EN LUTTE ET A LANCER UN MOT D’ORDRE DE SOUTIEN INTERNATIONALISTE AU MOUVEMENT POPULAIRE EN EGYPTE.

NOUS NOUS ADRESSONS DE PLUS AUX MOUVEMENTS SOCIAUX REUNIS DANS LE FORUM SOCIAL MONDIAL POUR QU’ILS LANCENT DE DAKAR UN APPEL A LA SOLIDARITE AVEC LE MOUVEMENT POPULAIRE EN EGYPTE.

Meilleures salutations à toutes et à tous.
Genève, le 3 février 2011

Eric DECARRO et CHRISTIAN TIREFORT



Derniers articles