Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

lettre d’Oumar Mariko aux ministres maliens

lettre ouverte de Bamako

dimanche 4 juin 2006 par Claude REYMOND

Certains d’entre vous sont déjà au courant des grèves qui ont éclaté pour non respect des contrats dans la mine d’or de Morila, des arrestations et des pressions subies par les syndicalistes, ainsi que des expropriations de paysans de l’Office du Niger pour lesquels le directeur de Radio Kayira et de Medes/Sapcom luttent depuis des mois. La situation apparemment se dégrade encore. Me Diarra continue à défendre les détenus avec toute sa force de conviction. Ils ont besoin d’aide, bien sûr et ça ne va pas changer de sitôt.


Bamako, le 02 Juin 2006

Lettre Ouverte

- L’Agriculture
- L’Administration Territoriale
- La Protection Civile
- La Justice
- Des Mines

Messieurs les Ministres de la République,

Il y a bientôt deux (2) ans, que les radios Kayira ont entrepris une vaste campagne d’information et de dénonciation des actes de violation graves des libertés individuelles et collectives et du droit à la vie. Ces actes sont perpétrés par des commis de l’Etat qui travaillent sous vos responsabilités. Radio Kayira pour avoir posé de tels actes républicains et démocratiques est traînée dans la boue et subi un déni de justice.
Cette campagne relayée par le parti SADI a été transmise de manière « Républicaine », « Responsable » et « Démocratique » au « Président » de la République, au Président de l’Assemblée Nationale et au Premier Ministre.

La réaction de ces institutions a été si molasse que ça pue la complaisance, la complicité. On peut facilement comprendre les pressions exercées sur les juges de Ségou et de Bougouni libérant chez ce dernier ses appétits de racket, de rançonnement connus des populations de Bougouni.

Alors pourquoi écrire aux Ministres lorsque le Président de la République, le Président de l’Assemblée Nationale et le Premier Ministre donnent dans le dénie de justice ?

Je le fais parce que je viens de recevoir le courrier d’un riziculteur de l’Office du Niger complètement désabusé qui expose simplement sa situation. Cette évocation fait état de l’attitude des différents agents de l’Etat dont les comportements vous interpellent directement en tant que Ministre de tutelle. Allez-vous réagir ? Je n’en sais rien ! En tout cas le peuple le saura.

Au-delà de cette interpellation, le contexte de la rédaction de cette lettre mérite d’être conté. En effet :

Suite aux interpellations et aux dénonciations de Kayira sur les exactions subies par les paysans de l’Office du Niger, le Directeur de cet Office M. Youssouf Keita (qui bénéficie de soutien dans les milieux insoupçonnés) en complicité avec le gouverneur de Ségou M. Abou Sow a crée une radio à Ségou et une à Niono en violation de la réglementation. M. Gaoussou Drabo ministre de la communication s’y complait !

Le Directeur de l’Office Mr Youssouf Keita et son Gouverneur de Ségou Mr Abou Sow tenteront en vain de débaucher les meilleurs éléments de la Radio Sido.

Voilà qu’un des employés de la Radio Sikoro crée par Youssouf Keita publie l’interview d’une victime de l’Office du Niger dans le journal « le Ségovien » qui dénoncerait le Parti SADI et le Dr Oumar Mariko.

Approché l’intéresse fait écrire une lettre et s’exprime sur cassette que nous vous adressons. Ses Propos sont sans équivoque :

La Direction de l’Office du Niger sévit impitoyablement contre un malade !

Le commissaire de police et certains de ses agents font du racket.

Le Directeur local de la BDM rançonne un riziculteur !

Les agents " journalistes" aux ordres de la Direction de l’office du Niger manipulent l’information et font une enquête policière de triste réputation des services de police politique de l’époque de Tiécoro Bagayogo à celle de Soumeylou Boubèye Maïga.
Le tribunal de Ségou par ses incessants reports de procès, vide M. Dembélé de ses maigres ressources, le juge finit par trancher du côté de la Direction de l’Office du Niger et fait traîner les conclusions de ses jugements attendus pour fixer la date de l’audience d’appel.

Radio Klédu publie l’interview d’un des 9 ouvriers des mines de Morila détenus bientôt 8 mois par la multinationale française Bouygues, les milieux politico financiers ADEMA PASJ, actionnaires à la SOMADEX et d’un des juges les plus corrompus de la République, celui de Bougouni. Cette interview achève de stigmatiser la manipulation de la justice.
Vérifiez et dites moi si le procureur de la République de Sikasso et le Procureur Général de Bamako sont d’accord avec la position du super Juge de Bougouni Issa Traoré au-dessus des lois !

Messieurs les Ministres, je vous interpelle !

Cela va-t-il servir à quelque chose ! Je n’en sais rien. J’accomplis une partie très infime de mon devoir de malien.

En lieu et place d’une démarche réfléchie de remise en question d’actes ignominieux, la Direction de l’Office du Niger continue de corrompre pour polluer l’atmosphère à Ségou et procède à des menaces de mort sur certains des agents de la Radio Sido .

Comme si le ridicule ne tue pas au Mali, voilà que des milieux immondes de la Présidence de la République s’adonnent à nous faire parvenir des menaces de mort indexant des bérets rouges aux ordres à la Compagnie Para !

Qu’ils s’exécutent le plus rapidement possible ! Notre peuple saura leur donner la réplique à la hauteur de leur lâcheté, de leur forfaiture. Notre peuple veille et notre destin s’accomplira !

Le Ministre Gaoussou Drabo doux, à l’apparence mais liberticide à l’épreuve des faits autorise l’ouverture illégale de certaines radios FM à Koutiala, à Ségou et Niono. Il se précipite pour fermer, notre station radio à Niono ; surpris dans ses manœuvres illégales, il procède à un nivellement de bas étage digne d’un éditorialiste aux ordres du dictateur Moussa Traoré et de l’imposteur Alpha Oumar Konaré !

A beau chassé le naturel, il revient au galop.

Messieurs les Ministres,

Les faits sont têtus, irréfutables et les voilà dans leur nudité.

Faites- en ce que vous voulez. Ecoutez votre ego et continuer à soutenir l’injustice et la forfaiture de vos agents. Vous en serez auteurs et complices.

Ces informations sont tues au quotidien du côté de Bozola pour les besoins de la cause de 2007. Oui à Bozola en face de l’hôtel de l’Amitié, ils sont aux ordres et à leurs propres services ! A Bagadadji ils calculent !

Face à la colline du savoir, ils veillent et mènent par la carotte en manipulant parfois le bâton ! Tous donnent le dégoût de la politique au peuple et enterrent la démocratie pour le peuple...

Quand à nous, nous suivrons notre voie, convaincus que l’addition de l’injustice, de l’exploitation de l’homme par l’homme, des violations au quotidien des droits de l’homme, du droit à la vie semés, nous permettront de faire une très belle moisson pour le bonheur de notre peuple travailleur :
LA REVOLUTION !

Je vous envoie en annexe la lettre et la cassette de Mr Souleymane Dembélé malade et à qui l’inhumain Directeur de l’Office du Niger puissamment soutenu a retiré 1,9 ha.
Je vous remercie pour votre attention.

Dr Oumar Mariko

Ancien Membre Du Comité de Transition pour le Salut du Peuple
CTSP

Directeur Général de Radio Kayira



Derniers articles