Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Manifestation contre le dumping salarial jeudi 2 septembre à 18 h

Devant le Grand Conseil (Rue de l’Hôtel-de-Ville 2)

lundi 30 août 2010 par Claude REYMOND

Une quinzaine de salariés d’ISS Aviation à
l’Aéroport International de Genève (AIG) sont en
grève depuis le 9 juillet.

Pourquoi cette grève ?

Jusqu’au 30 juin dernier, ISS Aviation avait deux
conventions collectives de travail (CCT) : une pour
le personnel mensualisé (fixe) ; une autre pour le
personnel payé à l’heure et travaillant moins de
20 heures par semaine (auxiliaire).

ISS ne respectait pas ces CCT. Les deux tiers du
personnel étaient payés à l’heure mais
travaillaient comme des fixes. Ils touchaient
jusqu’à 7 francs de moins par heure et n’avaient
pas de 13e salaire.

Face au refus d’ISS de respecter les CCT, le SSP
a déposé plainte au tribunal. C’est alors qu’ISS a
dénoncé les CCT. Depuis, le personnel est
soumis à des contrats individuels avec des
salaires inférieurs.

Les employés se sont mis en grève pour
obtenir le maintien et le respect des CCT
dénoncées par ISS !

Que fait ISS ?

Depuis le mois de mai, la position d’ISS n’a pas
varié : "Nous sommes d’accord de signer une CCT
si vous acceptez de baisser les salaires" !

Les grévistes refusent ce dumping. Pour les
nettoyeurs, les salaires de la CCT varient de
3658,10 francs à l’engagement à 4847,75 francs
en fin de carrière. ISS veut baisser ces salaires à
3430 francs à l’engagement et 3550 francs en fin
de carrière, soit une perte allant jusqu’à
1297,75 francs par mois !

Pour casser la grève, ISS a déployé des moyens
considérables. Paiement de : 30 Adecco, 3
Protectas, 10 employés zurichois, 1 cabinet de
communication, 3 annonces dans la presse, etc.
Tout cela aurait pu payer des salaires CCT
pendant des années...

Pourquoi casser les CCT ?

Les intentions d’ISS sont transparentes : ils
veulent réduire les "coûts salariaux" pour
augmenter les profits de leurs actionnaires !
Cette pratique n’est pas nouvelle. Elle a fait les
ravages qu’on connaît, laissant à la charge de
l’Etat les salariés les plus pauvres.

L’Office fédéral de la statistique établit qu’une
mère avec deux enfants devient pauvre dès
qu’elle gagne moins de 3800 francs. Tous les
salaires proposés par ISS sont inférieurs à ce
montant, les auxiliaires (surtout des femmes) ne
gagnant que 3200 francs à 100% ! En clair, ce
sera l’Etat qui devra verser des aides sociales
pour compenser les salaires indécents d’ISS.

Longchamp, ministre du dumping

Après n’avoir rien fait pendant un mois de grève,
le conseiller d’Etat et président de l’AIG a trouvé
une solution : appliquer la CCT du secteur du
nettoyage ou établir des usages. Dans les deux
cas, cela revient à baisser les salaires.
M. Longchamp participe donc activement au
dumping dénoncé !

L’Etat au pied du mur

Selon les engagements pris lors des bilatérales,
l’Etat a enfin l’occasion de tenir ses promesses et
d’empêcher le dumping salarial dans un
établissement public. Nous exigeons qu’il
intervienne pour :

  • Maintenir les CCT qui existent à ISS Aviation
    depuis 15 ans ou, à défaut, faire appliquer la
    CCT de Swissport, qui détient la concession et
    sous-traite le nettoyage des avions à ISS.
  • Si ISS Aviation refuse d’appliquer ces CCT,
    l’Etat doit imposer à Swissport de changer de
    sous-traitant et de faire appliquer par le
    repreneur les conditions de la CCT de
    Swissport.
PS:

Comité de soutien aux grévistes d’ISS Aviation

CGAS, unia, SIT, Comedia, SEV, SSP – PSG, Les Verts, solidaritéS, Parti du Travail, Les Communistes, Gauche anticapitaliste,
Mouvement pour le socialisme – Collectif 14 juin, Maison populaire de Genève, Marche mondiale des femmes




Derniers articles