Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Rencontrer Junya Yimprasert du “Thai Labour Campaign”

lundi 12 juillet 2010 par Claude REYMOND

Une grève vient d’éclater chez ISS à l’Aéroport international de Genève.


Pourquoi ISS emploie-t-elle autant de Thaïlandaises sur ce site ?

Et que savons-nous de la Thaïlande, de son rôle dans l’Asie contemporaine et de la mobilisation en cours contre la dictature et pour des élections vraiment démocratiques, de la répression ?

Quels enjeux matériels, sociaux cette puissante énergie populaire exprime-t-elle ?

Junya Yimprasert, responsable du “Thai Labour Campaign” (Campagne pour les travailleurs thaïlandais) est exceptionnellement de passage à Genève.

Partie prenante de luttes de masse qui ont contraint le pouvoir à reculer, et notamment de l’occupation pendant presque une année du ministère du travail par 500 travailleurs et travailleuses, cette féministe lutte contre la condition des femmes thaïes, les raisons de leur immigration, le rôle du sexe-tourisme.

Elle est engagée dans la défense des migrant-e-s, des travailleuses birmanes en Thaïlande, des travailleuses thaïlandaises à l’étranger. Actuellement, elle mène campagne pour l’organisation des femmes cueilleuses de baies en Scandinavie (8000, la cueillette vient de commencer, elles seront réexpédiées dans 2,5 mois).

Une des rares responsables de la dissidence à être hors de Thaïlande au moment des récents événements, elle a, pour faire comprendre la situation dans ce pays, écrit plusieurs articles importants.

De ce fait, elle risquerait d’être immédiatement emprisonnée si elle retournait aujourd’hui en Thaïlande.

Un appel vient d’être lancé Contre la répression qui s’abat sur les militant-e-s du mouvement de résistance populaire : http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article17790

Rendez-vous mardi 13 juillet 2010 à 21 h. au SSP Terreaux-du-Temple 6

à toutes celles et à tous ceux d’entre vous qui seraient intéressé-e-s voir son film et à la rencontrer.

Pour contact : Karl Grünberg,


Pourquoi je n’aime pas le roi

Extrait d’une lettre ouverte écrite après la répression d’avril-mai 2010
« L’usage de plus en plus obligatoire d’uniformes (à l’école et à l’université) va de pair avec l’appareil d’Etat qui sert à supprimer la liberté d’expression, la liberté de penser, d’analyser et de générer de nouvelles idées.

Ce n’est pas étonnant que les classes les plus éduquées soient les plus royalistes et les plus cruelles et qu’elles ne soient pas capables de d’identifier et de corriger leurs propres erreurs. Ce n’est pas étonnant qu’ils soutiennent les militaires contre leur propre peuple et qu’ils encouragent leur Premier ministre à utiliser des munitions contre les classes pauvres qui osent poser u pied sur leur précieux centre-ville commercial.

On m’a dit récemment que je n’aime pas le pays, que je n’ai confiance dans aucune institution thaïlandaise et que je n’ai plus la légitimité de me dire thaïlandaise, etc.

Les classes soi disant éduquées en Thaïlande font l’erreur de lier la lutte légitime des pauvres pour la démocratie et la justice avec le fait de ne pas aimer le roi et d’être « antimonarchie », Il s’agit d’une sérieuse erreur, tragique et très dangereuse, résultat d’un système éducatif privé de bon sens humain. (…)

Où est la justice ici ? Il n’y a aucune justice dans tout cela.

Il faut qu’il y ait une enquête indépendante dans ce récent épisode de violence d’Etat contre des civils et l’enquête ne doit surtout pas s’arrêter au gouvernement Abhisit ; le rôle de la monarchie dans la vague de répression et dans les quatre ans de chaos politique qui l’ont précédée, doit aussi être examiné.

Avec tout l’amour que la famille royale prétend donner, pourquoi est-ce que la monarchie thaïlandaise se comporte de manière si paranoïaque au XXIè siècle.

Pourquoi le Palais refuse-t-il d’entamer la discussion sur la manière dont les Thaïlandais perçoivent le rôle de leur cher monarque ? Serait-ce parce que le palais lui –même est tellement embourbé dans les scandales qu’il a peur d’ouvrir ses portes ? »

Junya Yiprasert,
Animatrice du Thai Lbour Campaigne

Texte complet disponible sur le blog
timeupthaland.blogspot.com



Derniers articles