Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

ANTI-FRONTALIERS ASSEZ !

8 octobre 2009 18h Place Neuve

Exprimons notre colère contre les banques, les spéculateurs et les patrons

jeudi 1er octobre 2009 par Claude REYMOND

la place Neuve pour aller en direction de la Gare des Eaux-Vives, lieu « symbolique » des relations transfrontalières.... mais aussi destination qui nous permet de traverser la Ville à une heure bien fréquentée ...

DÉFENDONS ENSEMBLE nos intérêts communs…

« Ô frontaliers, ô frontaliers
vos nostalgies
Comme les cours d’eau vont vers la terre étrangère.
La France ici finit ici naît l’Helvétie
Un ciel ne change pas où les drapeaux changèrent »
(Version genevoise du « Printemps » de Louis Aragon)

Les attaques contre nos collègues frontaliers ont atteint ces dernières semaines un degré de violence et de haine sans précédent. Un parti de grossiers démagogues, qui promet tout et son contraire, qui se déclare « ni de gauche ni de droite » mais vote toujours en bloc contre les intérêts de la population, en a fait son fonds de commerce électoral. Nous en avons assez de subir ce matraquage vomitif !

PDF - 33.8 ko
Manif_AAF_9_A4.pdf

GENÈVE est un canton frontalier. Avec les communes voisines du canton de Vaud, de la Haute- Savoie et de l’Ain, il forme une grande agglomération de 900 000 habitant-e-s qui partagent les mêmes problèmes de logement, de transport, d’environnement, de travail, etc. Le mot frontalier, du provençal frountalié, signifie voisin : nous partageons une maison commune, notre région… Allons- nous laisser des politiciens sans scrupule nous monter les uns contre les autres pendant que les propriétaires de l’essentiel des richesses, des deux côtés de la frontière, décident de notre sort ?

FACE À LA CRISE, l’extrême droite populiste a toujours poussé les habitants et les travailleurs d’une même région à se rejeter les uns sur les autres la responsabilité de tout ce qui va mal. C’est son rôle ! Avant-hier, elle s’en est prise aux Juifs, hier aux Italiens et aux Espagnols, saisonniers et permis B, puis aux Kosovars, aux sans papiers… aujourd’hui aux frontaliers et à l’immigration extra-européenne…

PENDANT CE TEMPS, des deux côtés de la frontière, elle ne cesse, avec la droite et les patrons, de soutenir les cadeaux fiscaux aux plus riches, le démontage de la prévoyance sociale, la privatisation et la dégradation des services publics, la suppression de toute protection contre les licenciements (déjà inexistante en Suisse), les licenciements collectifs exigés par les actionnaires, le chômage partiel pour dégraisser les stocks, etc.

NOUS APPELONS LA POPULATION de l’agglomération franco-valdo-genevoise à rejeter cette propagande nauséabonde et à combattre ensemble contre les véritables causes de nos problèmes et leurs véritables responsables en défendant :

  • Des salaires et des conditions de travail qui permettent de vivre dignement des deux côtés de la frontière, ce qui suppose un salaire minimum légal en Suisse et une revalorisation du SMIG en France. A travail égal, salaire égal !
  • Une politique de l’emploi commune qui interdise les licenciements pour les entreprises qui font des bénéfices et s’oppose aux fermetures et aux délocalisations par-dessus les frontières.
  • Des emplois publics d’utilité sociale et écologique (hôpitaux, écoles, transports publics, isolation thermique des bâtiments, etc.), mais aussi des places de formation répondant aux besoins à l’échelle régionale.
  • Un système de transports publics efficace et non polluant qui garantisse une réduction massive des émissions de gaz à effet de serre, du trafic motorisé privé, de la pollution et du bruit.
  • Une politique d’aménagement publique commune visant à luter contre la spéculation immobilière et pour la construction de logements bon marché de qualité en nombre suffisant.
  • Une politique culturelle ambitieuse favorisant les contacts et les échanges à l’échelle de toute l’agglomération.

QUE NOUS HABITIONS le canton de Genève ou les communes vaudoises et françaises de l’agglomération genevoise, nous subissons toutes et tous les décisions d’une minorité qui spécule sur notre travail, sur nos logements et sur nos vies.

Ne nous laissons pas aveugler par la haine de tous contre tous !

Exprimons ensemble notre colère et unissons-nous pour défendre nos intérêts, qui sont ceux du plus grand nombre !

Nous vous invitons à MANIFESTER à Genève • Place Neuve JEUDI 8 OCTOBRE • 18H00


Allocution de René Simon MEYER, vice-président CGAS

Racisme anti-frontaliers assez !

Les attaques contre nos collègues frontaliers ont atteint ces dernières semaines un degré de violence et de haine sans précédent. Deux partis politiques se livrent à une surenchère populiste et xénophobe pour gagner des voix, l’UDC qui s’affiche à droite de la droite pour ne pas dire à l’extrême droite et le MCG qui prétend être ni droite ni de gauche.

Les initiateurs de la liste « Défense des Aîné-e-s, des Locataires, de l’Emploi et du social » qui se situent à gauche ne figurent pas parmi les organisations qui appellent à cette manifestation, ce qui n’est pas étonnant puisqu’ils flirtent également avec le discours anti-frontaliers en exigeant la priorité en matière d’emplois pour les habitants du canton.

Faire croire que les habitants de Genève n’ont pas d’emploi à cause des frontaliers est un pur mensonge. Il a été démontré dans différentes études que les frontaliers contribuent activement à l’essor de l’économie genevoise dont nous profitons tous. Sans les frontaliers des industries s’installeraient ailleurs. Pour ce qui est des services, il faudrait aller se faire soigner ailleurs puisque l’hôpital ne trouverait pas de personnel soignant résidant à Genève en suffisance. Personne ne peut ignorer cette réalité.

Les frontaliers ne sont pas davantage responsables de la crise à Genève que l’étaient les juifs face à la crise en Allemagne à l’arrivée de Hitler au pouvoir ou que l’étaient nos italiens et espagnols lors du premier choc pétrolier en 1973. Il n’y a pas de raisons rationnelles de s’en prendre aux Juifs, puis aux Italiens et aux Espagnols, saisonniers et permis B, puis aux Kosovars, aux sans papiers ou aujourd’hui aux frontaliers, aux Roms et à l’immigration extra-européenne et finalement aux minarets.

La seule vraie menace est le dumping ou sous-enchère salariale qui conduirait à une baisse généralisée des conditions de travail. De tout temps les syndicats ont veillés à ce que l’embauche des étrangers, frontaliers ou non se fasse aux conditions conformes aux conventions collectives. N’avons-nous pas exigé des mesures d’accompagnement avant de donner notre soutien aux accords bilatéraux !

Les mesures d’accompagnement ne sont pas suffisantes. L’absence de CCT dans de nombreux secteurs rend les contrôles difficiles. Pour y remédier, il n’y a qu’une seule solution : l’introduction d’un salaire minimum.

Mais qui a cherché à affaiblir les sanctions contre les employeurs en cas de travail au noir et à limiter les moyens pour le contrôle des conditions de travail relatifs au dumping salarial ? L’UDC. L’UDC est du côté des patrons !
Dans nos rangs, nous comptons beaucoup de collègues frontaliers avec lesquels nous sommes solidaires, 25% à UNIA, 15% au SIT, etc. Depuis fort longtemps, le mouvement syndical a des liens étroits avec le groupement des frontaliers européen.

Que nous habitions le canton de Genève ou les communes vaudoises et françaises de l’agglomération genevoise, exprimons ensemble notre colère contre ces discours de haine et unissons-nous pour défendre nos intérêts, qui sont aussi ceux du plus grand nombre !

PS:

genevoise (SPG), Cartel intersyndical du personnel de l’Etat et du secteur subventionné, ainsi que le Groupement
transfrontalier européen...
Associations : ACOR SOS Racisme, Mesemrom, Maison du Peuple de Genève, Centre de contact Suisses-
Immigrés (CCSI), Collectif des travailleurs et des travailleuses sans statut légal...
Organisations politiques : solidaritéS, United Black Sheep (UBS), Parti du Travail (PdT), Mouvement pour le socialisme
(MPS), Parti socialiste genevois (PSG), Nouveau parti anticapitaliste (NPA-74), Les Verts (Région Savoie)...




Derniers articles