Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

1500 journaux distribués le 09-09-09 par le SEV-TPG

à l’ensemble du personnel

mercredi 9 septembre 2009 par _information fournie par la composante

Tous à Berne et venez-y nombreux !!!!....

Le voyage pour vous et votre famille, sera pris en charge par le
SEV !

Rendez- vous pour le café/croissant à 9h00 au restaurant
« Passagio », départ 9h45....

Merci de vous inscrire au 079 221 00 38 jusqu’au 15 septembre

PDF - 803.7 ko
2009-09-09sevTPG_Journal_no3_.pdf

Le 19 septembre, tous à Berne !

Caisses de pensions : halte à l’arnaque !

Dans le but de manifester pour des salaires et des rentes plus surs, tous les
travailleurs et rentiers de la Suisse sont appelés à se déplacer à Berne le 19 septembre
prochain. La manifestation commencera à 12h30 à la Schützenmatte. Seule une participation
massive de tous les actifs et retraités pourra influencer les pouvoirs politiques suisses et
parviendra à faire en sorte qu’on obtienne des prestations correctes pour les caisses de
pensions.

Dans les années 90, période de vaches grasses, la Confédération et les cantons n’ont
pas versé - ou pas complètement - leurs cotisations d’employeurs dans les caisses de pensions. A présent, période de
vaches maigres oblige, ils ne veulent pas entendre parler de refinancement des caisses de pensions en difficulté.
Résultat : augmentation des déductions salariales, hausse de l’âge de la retraite et aucune compensation du
renchérissement sur les rentes.

Nous voulons :

  • Un refinancement correct des caisses de pensions.
  • Pas de réductions des prestations et des rentes.
  • Une compensation du renchérissement pour les pensionnés. Pour des places de travail sûres, pour les salaires et les rentes : La crise financière causée par l’avidité des jongleurs de la finance a été rendue possible par une politique à majorité bourgeoise, les règles ont été supprimées et elle a ouvert la porte à la privatisation et à la libéralisation. Elle s’est transformée en une crise économique qui n’en finit pas et n’épargne aucune branche. Contrairement aux milliards distribués à l’UBS, le Conseil fédéral hésite et temporise. A présent, il ne s’agit plus de sauver des banques, mais des dizaines de milliers d’emplois…

Nous voulons :

  • Des indemnités journalières de chômage plus élevées et versées plus longtemps.
  • Pas de relèvement de l’âge de la retraite.
  • Un programme d’investissement qui garantisse les emplois
  • Garantir le pouvoir d’achat : relever les salaires et compenser la hausse des primes des caisses maladies.


Derniers articles