Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

ce que les représentants des travailleurs suisses et français exècrent...

jeudi 2 juillet 2009 par Claude REYMOND

publié par Le Courrier du 2 juillet 2009 après la conférence de presse tenue conjointement par la CGAS et le Groupement transfrontalier européen


Les syndicats choqués par un tract du MCG

POLÉMIQUE • La Communauté genevoise d’action syndicale juge un tous-ménages du Mouvement citoyens xénophobe. Syndicats et frontaliers montent au créneau. La diffusion d’un tous-ménages rédigé par le Mouvement citoyens genevois (MCG) a fait sortir hier de ses gonds la Communauté genevoise d’action syndicale (CGAS). Le ton insultant et xénophobe de la publication, qualifiée de « torchon », a heurté Hervé Pichelin, vice-président de cet organe faîtier des syndicats du privé et du public, qui représente environ quarante mille travailleurs.

Les associations de défense du personnel réagissent à double titre. D’abord, contre le discours jugé xénophobe du MCG, qui accuse les frontaliers de pratiquer un mobbing anti-Genevois. Accusation qui demande, selon elles, une réaction. « Et le pouvoir politique serait bien inspiré de faire de même », estime M. Pichelin. Michel Charrat, président du Groupement transfrontalier européen, est lui aussi écœuré : « J’ai travaillé quarante ans à Genève, je me sens Genevois, et je suis blessé par ces invectives. »

Ensuite parce que le MCG s’est doté d’un appendice syndical : le Syndicat de défense des employés genevois (SEGE). Créé la semaine dernière, il regrouperait, selon sa secrétaire générale Dominique Rolle, environ septante membres.

En l’occurrence, explique la CGAS, cette association « croupion » ne répond pas aux critères constitutifs d’un syndicat, explique M. Pichelin. Elle est le relais d’un parti, elle pratique la discrimination puisqu’elle n’accepte que les résidents genevois (et les Genevois habitant en France voisine), et elle n’est guère représentative. Toute chose contraire à la jurisprudence suisse.

...

PHILIPPE BACH



Derniers articles