Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

11e et dernier Communiqué quotidien du Forum Tamoul Suisse et d’ACOR SOS Racisme

la mise sur pied d’un gouvernement tamoul en exil

MARCHE POUR LA PAIX AU SRI LANKA, 17 juin 2009

jeudi 18 juin 2009 par Claude REYMOND

Le Sri Lanka dans la poigne de fer de Rajapaksa et de ses frères, Gotabhaya Rajapaksa, secrétaire d’Etat à la Défense, Basil, conseiller présidentiel, Chamal, ministre des Ports et de l’Aviation.

La marche pour la paix au Sri Lanka est arrivée le 17 juin devant le devant le Palais fédéral où elle a été accueillie par le conseiller national Christian van Singer et par des centaines de Tamouls et de Bernois.

Dérisoire, cet effort d’une poignée d’hommes et de femmes à témoigner de leur espoir que la paix règne au Sri Lanka dans le respect des droits de leur peuple à l’autodétermination ?

Dérisoire, cette tentative de percer le mur du silence tout au long de leur périple à travers Carouge, Genève, Nyon, Aubonne, Morges, Saint-Sulpice, Renens, Lausanne, Echallens, Yverdon, Neuchâtel, la Neuveville, Bienne, Lyss, Berne ?

Nombre de personnes, de responsables politiques leur ont manifesté leur engagement. Marcheuses et marcheurs, Forum Tamoul Suisse et ACOR SOS Racisme leur disent leur reconnaissance.

L’émotion réciproque des marcheurs pour la paix et de leurs hôtes qui, souvent, découvraient cette tragique réalité, pose les premiers jalons d’un mouvement de solidarité.

Il y a un mois, le régime de Rajapaksa achevait les derniers combattants en écrasant sous les chenilles de ses bulldozers les civils qui s’étaient crus en sécurité dans leurs abris de fortune.

Le Forum Tamoul Suise et ACOR SOS Racisme refusaient l’impasse en décidant cette marche pour la paix alors que le Conseil des droits humains donnait un certificat de moralité au gouvernement sri-lankais. Une alliance de démagogues, de satrapes, de régimes prétendument populaires invoquaient le principe de non-ingérence alors qu’ils acceptent les règles du FMI, de la Banque mondiale ou de l’OMC. N’est-ce pas la crainte de leurs peuples qu’ils révèlent en appuyait ce régime de sabreurs ?

La roue tourne. Les épouvantables conditions infligées aux civils, la disparition de jeunes militants, la fermeture aux témoins étrangers fussent-ils des bénévoles porteurs d’indispensables secours commencent à être connues.

Vanni tombait il y a exactement un mois et déjà la résistance se réorganise avec l’annonce le 17 juin 2009 de la mise sur pied d’un gouvernement tamoul en exil.
 
LANKASRI, Mercredi 17 Juin 2009

Sri Lanka doit respecter les Conventions de Genève
La Commission internationale des juristes affirme que le traitement des personnes déplacées dans les camps de détention du gouvernement du Sri Lanka viole les Conventions de Genève. Presque 300’000 Tamouls ont été déplacés depuis la défaite militaire du LTTE en mai dernier. Des milliers de combattants sont détenus et leur sort est inconnu. Colombo doit respecter les Conventions de Genève concernant les prisonniers de guerre et doit permettre aux agences indépendantes d’avoir accès aux camps.

Exigeons la libération immédiate de T. Varatharajah, de T. Sathyamurthi et V. Shanmugarajah, ces médecins témoins de la barbarie sont détenus au secret.

Refusons le renvoi de réfugiés tamouls au Sri Lanka.

Mobilisons-nous pour l’accueil en Suisse de réfugié-e-s.

PS:

FTS, Shiva Thambipillai, 079 796 78 50
SOS Racisme, Karl Grünberg, 079 771 68 47




Derniers articles