Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

la révolution des oeillets

OTELO NUNO SARAIVA DE CARVALHO

LIEUTENANT COLONEL

mercredi 26 avril 2006 par Claude REYMOND

Né le 31 août 1936, à Lourenço Marques (Actuellement Maputo) au Mozambique. Ses parents étaient fonctionnaires publics (son père était employé à la poste et sa mère était employée par les chemins de fer nationaux).

Le 28 octobre 1955 il intègre le service militaire et suit toute la formation écolière, passant par plusieurs étapes dans son évolution.

Alferes (sous-lieutenant) en 1960
Lieutenant en 1962
Capitaine en 1964
Major en 1973
Brigadier en 1974
Général en 1975
Lieutenant Colonel en 1980

En juillet 1973, il fait partie du “Mouvement des Capitaines”, et s’engage à fond même à Bissau (Guinée). Il est élu à la direction du Mouvement « des Officiers des Forces Armés » avec Vitor Alves et Vasco Lourenço.

Il participe à l’action militaire contre le gouvernement de Marcelo Caetano (successeur de Salazar) du 16.03.1974., action qui échoua.

Le 24 mars1974, une semaine après le coup manqué, il assume devant ses camarades de la commission coordinatrice la responsabilité de l’élaboration d’un plan d’opérations militaires qui vise la chute du régime fasciste au Portugal.

Il prépare l’action, donne des responsabilités et le 25 avril 1974, depuis un poste clandestin monté dans la caserne de la Pontinha, il lance et coordonne toutes les actions de toutes les forces qui intègrent finalement le MOUVEMENT DES FORCES ARMEES (MFA).

Enfin, l’opération « VIRAGE HISTORIQUE » devient une réalité.

Il ouvre également le chemin pour l’instauration du régime démocratique parlementaire au Portugal et on le nomme brigadier en juillet 1974 pour assumer le commandement adjoint du Commandement Opérationnel du Continent (COPCON) et le commandement de la région militaire de Lisbonne.

En mars 1975, il intègre Le Conseil de la Révolution (CR), et est promu général et comandant du COPCON.

En mai 1975 intègre la direction du conseil de la révolution avec le Président de la République, le général Costa Comes, et le premier ministre, le Général VASCO Gonçalves qui assume la coordination du pouvoir politico-militaire du Portugal .

En novembre 1975, à la majorité du Conseil de la révolution, il termine sa fonction de Comandant de la Région Militaire de Lisbonne et le 26 du même mois, à la suite de l’extension du COPCON, il exige lors d’une réunion du CR, sa rétrogradation immédiate au poste de major et l’abandon du CR. Il refuse sa promotion en tant que général à quatre étoiles pour l’exercice des fonctions de Vice-Chef d’Etat-Major des Forces Armées.

Il est accusé d’avoir participé aux événements du 26 Novembre 1975 et on l’emprisonne. Quarante-quatre jours après, il est libéré.

Il se présente comme candidat aux élections présidentielles de juin 1976 et obtient la deuxième place.

Il passe à la réserve obligatoire pour des motifs politiques en juin 1979.

Il se présente à nouveau comme candidat aux élections présidentielles en 1980 et obtient la troisième place.

Il est réintégré en avril 1982.

En juin 1984, on l’invite à se présenter a la Prison Militaire de Caxias où il reste en détention préventive en raison d’un procès pénal car on l’accuse d’être le leader de l’organisation armée FP25 (Forces Populaire 25 Avril). Il reste en détention jusqu’en mai 1989.

Toutes les démarches concernant ses recours sont restées sans effet.

Reste sans affectation jusqu’au mois d’août 1992. Le 31 août 1992 il passe comme réserviste du fait de son âge et le 31 août 1997, il prend sa retraite.

De nouveau convoqué au tribunal en décembre 2000 il est définitivement acquitté dans son dossier FP25 en avril 2001.



Derniers articles