Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Pétition des travailleurs sociaux à l’attention du Grand Conseil

CASI IMPOSSIBLE

mercredi 12 avril 2006 par Claude REYMOND

PDF - 108.4 ko
petitionCASI_impossible

Cette pétition s’appuye notamment sur des constats relevés par le Livre Blanc ci-joint.

PDF - 1.9 Mo
Livre_Blanc.pdf de 1.8 Mo

Le projet de CASI est en contradiction avec le code de déontologie des assistant/es sociaux/les, code qu’ils/elles doivent respecter. De plus il apparaît dangereux pour les raisons suivantes :

- Le CASI va créer des inégalités entre les bénéficiaires pour plusieurs raisons :
Inégalités entre ceux qui ont la capacité de réaliser leurs objectifs et ceux qui ne peuvent pas faire de CASI ou qui échouent dans leur objectif ; il y aura donc les bons et les mauvais pauvres.
Autre inégalité : le CASI pouvant être signé dans les trois premiers mois, les bénéficiaires ne seront pas logés à la même enseigne. Selon le mois au cours duquel l’assistant/e social/e aura fait signer le CASI, la différence au bout des 3 mois sera entre 0.- et 300.-
Enfin, l’évaluation des objectifs des phases 1 et 2 étant plus de l’ordre de l’appréciation subjective (puisque basée essentiellement sur la confiance - l’objectif étant non mesurable), comment se traduiront financièrement les différences entre assistant/es sociaux/les ?

- Le CASI, qui pourrait être un outil d’accompagnement centré sur la spécificité de la personne et sa motivation propre, devient dans ce contexte, un pur outil de contrôle. Il est le « bras armé » de l’application des normes CSIAS à Genève avec les suppléments d’intégration, et devient la seule porte d’entrée aux prestations d’aide sociale.

- Le CASI n’est plus un « facteur dynamisant » comme on nous le laisse entendre :
compte tenu de la baisse des barèmes, il est évident que les bénéficiaires vont avoir comme objectif d’augmenter leur revenu. L’argent sera au centre de la relation et va pervertir la relation d’aide.

- Le CASI va engendrer de la violence dans les relations entre assistant/es sociaux/les et bénéficiaires.

Enfin qu’en est-il du surcroît de travail pour les assistant/es sociaux/les et du surcoût engendré par ce projet (terrain et contrôle supplémentaire) ?

Les syndicats refusent le salaire au mérite, ils refusent une aide sociale au mérite.


SIT - 16, rue des Chaudronniers - CP 3287 - 1211 Genève 3 - tél. 022.818.03.00 - fax 022.818.03.99

SSP/Vpod - 6, rue des Terreaux-du-Temple - 1201 Genève - tél. 022.741.50.80 - fax 022.741.50.85


27 mars 2006



Derniers articles