Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Communiqué de presse, mardi 23 décembre 2008

À l’approche des fêtes, le travail est fait, le salaire peut attendre !

mardi 23 décembre 2008 par Claude REYMOND

Certains patrons viennent de remettre en cause les accords négociés et signés pour les horaires de fin d’année ainsi que les compensations prévues pour le personnel. En déposant un recours au Tribunal administratif après que les commerces aient profité de la dérogation accordée, les patrons genevois manifestent leur peu de respect pour les accords conclus et pour le personnel.

Le 21 novembre 2008, le département de l’économie et de la santé a pris un arrêté qui suivait l’accord explicite des syndicats et des associations patronales du commerce de détail. En lieu et place d’une nocturne en décembre jusqu’à 22h00, nous avons accepté 3 prolongations des horaires des magasins et une réduction des horaires. Les samedis 13 et 20 les magasins ont pu ouvrir une heure supplémentaire en échange d’un supplément de 100% pour le personnel. C’est à cette seule condition que les syndicats ont donné leur accord à la prolongation des horaires.

Il est regrettable de voir que des tendances jusqu’au-boutistes l’emportent sur les associations patronales attachées aux accords tripartites. Il est affligeant de constater que certains politiciens peu intéressés par les intérêts de l’ensemble du commerce de détail s’emparent de ce thème pour viser les équilibres toujours fragiles entre les partenaires sociaux.

En déposant ce recours, les patrons de la tendance la plus musclée attaquent un conseiller d’Etat centriste M. Pierre-François Unger. La campagne en vue des élections du Conseil d’Etat démarre ainsi par une guerre au sein de l’Entente.

Le personnel de la vente ne doit pas faire les frais des manœuvres politiciennes de bas étage. À la veille des fêtes, il faut donner un autre signal pour remercier les efforts consentis par les 21’000 vendeuses et vendeurs du canton de Genève.

De même, l’anniversaire de la Restauration, le 31 décembre est un jour férié au même titre que Noël et Nouvel-An. Le Conseil d’Etat peut déroger à l’obligation de fermeture des magasins le 31 décembre à la condition d’un accord entre les partenaires sociaux. Les syndicats Sit et Unia ont accepté d’entrer en matière à la seule condition des compensations pour le personnel. Faut-il demander au Conseil d’Etat la fermeture des magasins le jour férié du 31 décembre ?

Unia - Jamshid Pouranpir
Sit - Sylvain Tarrit



Derniers articles