Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

couverture du « grand débat de la Tribune » concernant la loi sur l’Université

mardi 18 novembre 2008 par Claude REYMOND
Comité référendaire contre la nouvelle loi sur l’Université
p.a. SSP-vpod
6, Terreaux-de-Temple
1201 GENEVE


Monsieur Arthur Grosjean
Rédacteur en chef adjoint de la
Tribune de Genève


 
Concerne : couverture du « grand débat de la Tribune » du mercredi 12 novembre


Cher Monsieur,
 
Le comité référendaire contre la nouvelle loi sur l’université tient à vous faire part de son courroux à la lecture du compte-rendu fait par Monsieur Jérôme Faas du débat cité en marge.
En effet, le but d’un débat est de contribuer à clarifier la perception des enjeux d’une votation de la part des citoyens, grâce, justement, à l’échange, à la confrontation d’arguments.
Malheureusement, le compte rendu de M. Faas, dicté peut-être par l’urgence du « bouclage », se limite à reprendre des arguments qu’on pouvait à la limite extraire des positions respectives de la brochure officielle sans que cela implique débat.
 
Or, celui-ci a permis de mettre en évidence les faits suivants qui devraient être portés à la connaissance des lecteurs :
 
1. La nouvelle loi, ainsi que l’a confirmé le président du DIP, ne contient aucune disposition qui plafonnerait les salaires que le rectorat et le Conseil d’Etat pourraient octroyer à des professeurs. De plus, la transparence à propos de leurs gains accessoires tant invoquée par Monsieur Beer n’est qu’un leurre puisque les professeurs pourront les garder.
2. Elle prépare une augmentation des taxes universitaires dans la mesure où le texte soumis au vote prévoit l’élaboration d’une loi ad hoc qui fixe les taxes dans la norme suisse –qui est plus élevée que le montant des taxes à Genève-, ce que le président du DIP n’a pas démenti.
3. La loi incite l’université à rechercher des financements extérieurs sous peine de sanctions. Or, le président du DIP n’a pas été en mesure d’expliquer pourquoi la loi soumise au peuple ne contient plus l’article 21.al 2 de l’avant projet qui interdisait que la subvention à l’université soit conditionnée par la recherche de fonds extérieurs.
4. Ni Monsieur Beer, ni le recteur de l’Université, Monsieur Vassalli, n’ont contesté le fait que la multiplication des projets financés par l’extérieur introduirait une importante différenciation entre membres du personnel, certains étant soumis à la loi sur le personnel de l’Etat, d’autres au simple code des obligations.
 
C’est pourquoi, dans le but de contribuer à la formation de l’opinion, notre comité vous demande la publication de cette mise au point.
 
En vous remerciant, nous vous transmettons nos salutations distinguées.
 
Pour le comité référendaire :
Margarita Castro, secrétaire syndicale du SSP-vpod


Derniers articles