Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Des mandarins grassement payés par les contribuables ?

Et qui s’enrichissent à leurs frais ?

lundi 17 novembre 2008 par Claude REYMOND

C’est ce que la nouvelle loi permet puisque elle autorise le rectorat (art. 13.4) à pratiquer la surenchère salariale pour attirer des professeurs à Genève tandis que, à l’autre bout de l’échelle, le petit personnel est de plus en plus flexibilisé, comme dans le privé, par les contrats temporaires qui échappent au statut de la fonction publique (art. 12.3).

  • Tout le nouvel personnel « temporaire » sera soumit au Code des obligations, quand bien même qu’il sera payé par des fonds publics !
  • De surcroît, en permettant de céder aux professeurs les droits de leurs découvertes (art. 15), ce sont les résultats de recherches financées par les fonds publics que la loi privatise !

NON à la loi sur l’université le 30 novembre !

NON à la précarisation de l’emploi avec des rémunérations de fonctions plus bases à l’UNI !

NON à l’engagement des profs « stars » avec un salaire supérieur à la grille salariale commune !

Les syndicats SSP-vpod, UNIA, Comedia, le SEV-TPG et SIT, la CGAS -Communauté genevoise d’action syndicale, Le Cartel intersyndical, la Conférence universitaire des associations d’étudiants, SolidaritéS, les Communistes, les Indépandats de Gauche, les Jeunesses socialistes qui composent le comité contre la nouvelle loi sur l’université ne disposent pas des mêmes moyens que ceux qui veulent privatiser l‘université.



Derniers articles