Observatoire de l’Aide Sociale et de l’Insertion

p.a. CGAS, rue des Terreaux-du-Temple 6, 1201 Genève

observatoire.oasi@gmail.com

compte postal 14-499363-8

Combien d’abus dans l’aide sociale ?

dimanche 22 novembre 2015

"Un sondage actuel, qui a été effectué dans le cadre du groupe de travail du Réseau de réflexion [..] dans les villes de Zurich, Berne, Bâle, Winterthur, Coire et Uster montre que le taux d’abus à l’aide sociale, à savoir la simulation délibérée d’une situation de détresse ou la falsification de déclarations, le détournement de prestations ou le maintien délibéré d’une situation d’indigence, se situe entre 1,7 et 4%4.

Dans la ville de Zurich en 2012, ont été constatés 528 cas d’obtention illégale de prestations et 55 cas de détournement (sur un total de 12 650 cas). Le taux de demandes de recouvrement des prestations d’assistance s’élève à 3% bruts (présentation à la conférence de presse des autorités et des services d’action sociale de juin 2013).

En 2012, Bâle a contrôlé 219 cas sur un total de 7077 cas d’aide sociale. Dans 54% des cas, les soupçons d’abus ont pu être écartés ; le taux d’abus se situe ainsi à 1,7%.

En 2012, la ville de Winterthur en est arrivée à 4% d’obtention illégale de prestations d’aide sociale (Ville de Winterthur : abus dans l’aide sociale en 2012).

Toujours en 2012, dans la commune d’Uster, 4 plaintes sur un total de 281 cas d’aide sociale ont été déposées (informations fournies par le responsable du service de l’action sociale d’Uster).

A Coire en 2013, l’obtention illégale a été confirmée dans 18 cas sur un total de 540 cas d’aide sociale (informations fournies par le responsable du service de l’action sociale de la ville de Coire), ce qui représente un pourcentage de 3,3%.

La ville de Berne chiffre les abus pour la première moitié de 2013 à 3% (Statistique de l’aide sociale de la ville de Berne). L’association Inspection sociale du canton de Berne a examiné la situation dans tout le canton pendant la période allant de mai 2012 à décembre 2013. A la suite de quoi, seuls 26 abus sur environ 26 000 cas par année ont pu être prouvés, à savoir 1 pour mille (Raaflaub, 2014)."



Derniers articles