9 novembre 1932 - plus jamais ça

à la mémoire du 9 novembre 1932, pour la démocratie et la liberté

p.a. CGAS - Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax +41 22 731 87 06

fusillade du 9 novembre 1932 et la Grande famine de 1932-33

vendredi 9 novembre 2012 par Claude REYMOND

publication de vos réactions à « info@cgas.ch » dès réception


Le 9 nov. 2012 à 12:50, Fonjallaz Julien a écrit :

Bonjour,

Commémorer la fusillade du 9 novembre 1932 en cachant qu’au même moment une meurtrière famine frappait l’Ukraine, la basse Volga, le nord Caucase et le Kazakhstan. Le nombre de victimes est estimé à 7 millions. Alors que des associations ukrainiennes tentaient d’alerter la Société des Nations et la Croix-Rouge, Dicker et Nicole participaient à la campagne de désinformation pour nier cette famine.

http://www.fonjallaz.net/Communisme/N2/Famine-1932-33/index.html

J’espère que les manifestants de la manifestation de ce jour pour le 80e anniversaire de la fusillade du 9 novembre 1932 penseront aussi à ces millions de victimes de l’Etat soviétique.

http://www.fonjallaz.net/Ukraine-Grand-Famine/Suisse/index.html

Avec mes salutations. Julien FONJALLAZ


9 novembre 2012 14:07:21

Cher Monsieur,

Je vous remercie de votre message qui rappelle à juste titre les terribles ravages de la faim sur certaines populations de la République des soviets pendant l’entre-deux guerre, notamment en Ukraine. Je n’ai pas lu dans le texte les interventions des leaders de la gauche genevoise qui s’exprimaient alors à ce sujet, mais il me semble que plusieurs syndicalistes de l’époque avaient témoigné sur le fait que

  • pour défendre leur révolution entre 1917 et 1921, les camarades russes ont perdu plus d’un million de cadres, il était difficile de convaincre les techniciens qui ne s’étaient pas expatriés de prêter leur science aux ouvriers et paysans,
  • une partie importante des membres de l’ancienne bureaucratie tsariste engagée dans les structures du nouvel Etat faisait obstruction à sa meilleure administration ;
  • plusieurs corps d’armée français et anglais n’ont pas été démobilisés après novembre 1918 et furent envoyés prêter main-forte aux russes blancs pro tsaristes ;
  • l’agriculture et ses capacités de production vivrière furent particulièrement affectées par les 6 ans de guerre et de conquête menées par le tsar (1904-1905 contre le Japon, dès le 30 juillet 1914 contre l’Autriche-Hongrie), puis les 3 qui suivirent pour neutraliser ses partisans ;
    une part considérable du trésor russe fut utilisée à acheter des denrées alimentaires ;
  • mais on éprouva pendant 15 ans de graves difficultés de transport dans la mesure où ni l’Angleterre ni l’Allemagne n’étaient enclines à livrer au nouveau pouvoir russe les locomotives qui auraient dû remplacer celles détruites en cours de la guerre civile ;
  • malgré l’introduction de la NEP en 1923 qui aurait dû permettre de rétablir des échanges commerciaux avec les Nations européennes*, ces dernières refusèrent d’y participer...

Le problème, en 1932 comme en 2012, reste le même = une répartition des richesses obéissant aux lois surannées de l’offre et de la demande, celles qui avaient encore en sens lorsque la production était aléatoire, lorsque la rareté des biens de consommation ou d’entretien prédominait et qu’il fallait absolument assurer la faculté d’entreprendre le cycle suivant sur une base élargie. Nous n’en sommes plus là, vous en conviendrez ?

Puisque vous souhaitez que ce soir nous ayons une pensée sur vos propos, j’afficherai la présente avec mes commentaires aux vôtres.

* en 1932 se tenait à Genève la Conférence de la Société des Nations pour la réduction et la limitation des armements. « Les délégués des 64 nations participant à la conférence se trouvaient à la croisée des chemins : choisir entre poursuivre les efforts pour maintenir la paix à travers la sécurité collective et la réduction des armements - tel que le prévoyait le traité de Versailles de 1919 créant la Société des Nations - ou défendre fermement un principe de souveraineté qui ne pouvait que conduire à une course aux armements. Nous connaissons aujourd’hui les conséquences tragiques de ce dernier choix, fait dans un contexte de crise économique et de radicalisation des idéologies politiques. ... »

D’où notre devoir de mémoire et l’exigence du Plus jamais ça !

Claude REYMOND, secrétaire Comité 9 NOVembre 1932


Date : 9 novembre 2012 15:58:43

Bonne réponse !

On peut aussi rappeler, puisque ça semble nécessaire, que les organisateurs de la manifestation du 9.11.32 luttaient contre le fascisme.

Et, a posteriori, il est impossible de douter un seul instant qu’ils aient eu raison, que ce combat était juste, indispensable. Les idées qu’ils combattaient, mises en pratiques quelques années plus tard, ont provoqué la plus grande tuerie de l’histoire. Et si Oltramare (condamné à mort en France après la guerre) s’en prenait à Dicker, c’est parce qu’il était juif. Et les amis d’Oltramare ont créé les chambres à gaz, où 6 millions de juifs ont été éliminés.

Ont sait tous aujourd’hui (et la gauche de l’époque le savait déjà), que les juifs n’étaient vilipendés que pour masquer les vrais responsables de la crise qui sévissait.

Comme actuellement les étrangers, par les partis d’extrême droite, toujours friands de boucs émissaires…

Les morts et les blessés du 9.11.32 ont été victimes des provocations fascistes et de la répression anti-ouvrière.

Bien cordialement

Jacques ROBERT


Date : 9 novembre 2012 17:43:37

En 1938 il faut ajouter que les cadres communistes de la Révolution avaient été exterminés - tout particulièrement en 1937 - au cours des procès staliniens, et que nous n’avons jamais approuvé la politique de Terreur du brutal despote qui s’en prenait à diverses nationalités de l’Union soviétique.

Chantal