9 novembre 1932 - plus jamais ça

à la mémoire du 9 novembre 1932, pour la démocratie et la liberté

p.a. CGAS - Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax +41 22 731 87 06

9 NOVEMBRE 1932 / GENÈVE

Une commémoration face à la caserne des Vernets

vendredi 6 novembre 2015 par Claude REYMOND

paru dans Le Courrier du 06-11-2015

La commémoration du 9 novembre 1932, quand l’armée tuait treize militants lors d’une manifestation contre un meeting fasciste, sera cette année particulière. Après le traditionnel rendez-vous devant la pierre commémorative sur la plaine de Plainpalais (17h45), les participants se déplaceront en cortège devant la caserne des Vernets afin de réclamer que celle-ci soit affectée à l’accueil de réfugiés. Perce-Frontières, qui réunit plusieurs associations de défense de migrants, sera aussi présent.

« Le comité d’organisation a, cette année, placé cette date sous l’égide de l’accueil des réfugiés, réclamant de nos autorités une politique plus ouverte », déclare Emmanuelle Joz-Roland, secrétaire syndicale au SIT.

Olivier Peter, de Solidarités, dénonce en effet le recours à l’armée pour militariser les frontières dans le contexte européen, mais aussi suisse : « L’armée a récemment bloqué les frontières à Bâle au cours d’un exercice (dit Connex) pour se préparer à une invasion de hordes de migrants, c’est indécent ! »

Mme Joz-Roland reconnaît que la Confédération a refusé d’affecter sa caserne aux réfugiés, mais elle estime que le canton n’a pas posé la question avec assez d’insistance. A noter que ce dernier, sollicité, a refusé que le rassemblement se tienne à l’intérieur du périmètre de la caserne. « L’UDC genevoise y a pourtant organisé par le passé des assemblées générales, ce bâtiment est-il réservé à l’extrême droite ? », demande Mme Joz-Roland.

Ce 9 novembre sera aussi placé sous l’égide de la défense des travailleurs et contre l’austérité, sachant qu’il précédera la grève des fonctionnaires et des maçons.

En revanche, le comité d’organisation ne thématisera pas le déménagement de la caserne aux frais du canton, pour y construire des logements. Le projet fait l’objet d’un référendum lancé par le Groupe pour une Suisse sans armée et la votation est fixée au 28 février 2016. La plupart des composantes du comité d’organisation, en particulier les syndicats, n’ont pas encore pris position sur cet objet, justifie Mme Joz-Roland. Au sein du comité, la question divise les partis de gauche.

RACHAD ARMANIOS