Comité d’organisation du 1er Mai

p.a. CGAS, Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax +41 22 731 87 06

iban CH24 0900 0000 1775 3619 5

info@cgas.ch

PLUMEY Claudette ADTS

dimanche 1er mai 2016

L’ADTS est une association de défense des travailleuses du sexe et à ce titre nous défendons la reconnaissance du travail sexuel comme un travail (dans sa globalité, c’est à dire tous les échanges de services sexuels contre de l’argent, par exemple escorts, masseuses, opératrices de téléphone rose, assistantes sexuelles, etc) comme un travail.

La principale lutte de l’ADTS aujourd’hui, en Suisse, est la lutte contre la stigmatisation des travailleuses du sexe, la lutte contre le lobby abolitionniste qui fleurit partout en Europe (p.ex. loi pour la pénalisation des clients en France), contre les violences envers les TdS et la précarité de celles-ci.

L’ADTS défend le revenu de base inconditionnel (RBI), qui sera voté par le peuple début juin.

Le RBI est un versement mensuel, à chaque individu, d’une somme d’argent suffisante pour couvrir ses besoins de base, comme une rente à vie.

L’idée est soutenue de longue date par de nombreuses personnalités, de tous horizons politiques, de toutes confessions et de toutes nationalités. Elle est connue sous des appellations diverses : allocation universelles, revenu d’existence, revenu citoyen, revenu universel, revenu social garanti, revenu de vie, etc.

Le revenu de base n’est pas une prestation sociale et ne doit pas être confondu avec le salaire minimum, l’assurance chômage, l’aide sociale ou toute autre prestation attribuée de manière conditionnelle. Le revenu de base, lui, est automatique, inconditionnel et inaliénable. Il concerne tout le monde, riche ou pauvre. Il est attribué à chaque individu, de la naissance à la mort. Son montant est suffisant pour garantir à chacun une existence décente quoiqu’il arrive. Il est cumulable avec les autres revenus salariés ou non.

Attendu qu’on se dirige vers un monde où produire de la valeur coûte de moins en moins d’argent et finira par avoir un coût négligeable, la plupart des métiers traditionnels sont condamnés à disparaître à moyen terme. Le revenu de base est inévitable pour assurer une répartition des richesses dans un monde axé loisir et service à la personne plutôt qu’un monde axé travail « productif ».

L’ADTS juge que le RBI est la meilleure alternative pour que touTEs les travailleurSEs, y compris travailleurSEs du sexe, puisse vivre dignement nous la soutenons.

Concrètement, avec la précarités dont souffrent beaucoup la plupart des TdS, comme un grand nombre de travailleurSEs, le RBI leur fournirait un revenu qui leur permettrait de subvenir à leurs besoin de base, c’est pour ELLEs la possibilités de refuser un client qui ne voudrait pas se soumettre à ses conditions, sans risquer de perdre l’argent du loyer. Un revenu minimum c’est la possibilté pour les TdS de mieux pouvoir négocier leurs conditions avec une pression économique moindre.

C’est pour ces raisons que l’ADTS soutient l’initiative qui sera votée le 5 juin par le peuple suisse pour l’introduction du revenu de base inconditionnel pour touTEs.