Comité d’organisation du 1er Mai

p.a. CGAS, Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax +41 22 731 87 06

iban CH24 0900 0000 1775 3619 5

info@cgas.ch

discours du CSPP

aux Bastions vers 17h30

mardi 1er mai 2001 par Claude Reymond

Les grévistes de la faim et les prisonniers politiques
luttent contre le gouvernement qui veut faire de la Turquie
une cellule d’isolement pour tous
les travailleurs et opposants !

Pourquoi les prisonniers politiques en Turquie ont-ils commencé le 20 octobre dernier une grève de la faim jusqu’à la mort ?

Voici leurs revendications et objectifs :

  • Toutes les cellules d’isolement de « type F » construites jusqu’à ce jour doivent être fermées.
  • Lutter contre les lois antidémocratiques, notamment la législation prétendument « anti- terroriste »…
  • Lutter contre la politique de FMI et de la Banque Mondiale
  • Les personnes qui les ont torturés lors de mises en examen, en tout temps et en tout lieux doivent le reconnaître publiquement et être jugés pour leurs crimes.
  • L’arrêt de toutes les sortes de torture et de répression.
  • La fin de l’oppression du peuple kurde et de toutes les autres minorités.
    Environs 1000 prisonniers politiques dans toutes les prisons turques ont entamé une grève de la faim illimitée depuis le 20 octobre. Après 30 jours, elle est devenue une grève de la faim jusqu’à la mort. Les prisonniers protestent contre le plan du Gouvernement qui prévoit leur transfert forcé dans des prisons à cellule d’isolement dite de « type F »

Le 19 décembre 2000 à 4h30 le Gouvernement turc ordonnait l’attaque de vingt prisons. Elles furent investies par l’armée, les forces spéciales de gendarmerie (10 000 hommes !) en utilisant des bombes à gaz, des fusils d’assaut, des bombes incendiaires ainsi que des bulldozers pour réprimer et massacrer les prisonniers politiques.

Après l’opération du gouvernement turc, on comptait 28 morts et des centaines des blessés graves.

Après cette attaque environ 1500 prisonniers politiques ont été transférés dans des cellules d’isolement de « Type F ».

Malgré tout, le jeûne à mort continue dans les prisons cellulaires, dans les hôpitaux et ainsi que dans des familles qui soutiennent les prisonniers politiques à l’extérieur en participant à cette grève.

Aujourd’hui, dans les cachots turcs, environ 500 prisonniers politiques poursuivent leur grève de la faim à mort et près de 1500 prisonniers politiques font la grève de la faim. Jusqu’à ce jour, 4 proches des détenu-e-s sont décédé-e-s, ainsi que15 prisonniers/ères politiques.

En cette journée des travailleuses et travailleurs, nous invitons les travailleurs/euses de tous les pays à soutenir les grévistes de la faim et les prisonniers politiques qui luttent contre le régime fasciste turc.

Vive le prolétariat international !
Vive le 1er Mai
Vive le jeûne à mort des prisonniers politiques
 
Comité de Solidarité avec les Prisonnier Politiques en Turquie
 
Discours du CSPPT 1er mai 2001