Comité d’organisation du 1er Mai

p.a. CGAS, Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax +41 22 731 87 06

iban CH24 0900 0000 1775 3619 5

info@cgas.ch

halte au dumping salarial !

mardi 5 avril 2011 par Claude Reymond

– pas de salaire inférieur à 4000 francs !

– de meilleurs salaires pour toutes et tous !

– signons l’initiative fédérale pour le salaire minimum légal !

Un salaire minimum légal pour vivre décemment

Toute personne travaillant à plein temps doit pouvoir vivre décemment. Ce n’est pas le cas des 400 000 salarié-e-s gagnant moins de 22 fr.de l’heure. Les primes d’assurance-maladie et les loyers élevés pèsent lourd sur leur budget. Nombre d’entre eux dépendent de l’aide sociale malgré un emploi à plein temps. Une personne sur sept en Suisse se situe sous le seuil de pauvreté. Avec un salaire minimum, on peut arrêter ce scandale !

et pour l’égalité salariale

Les bas salaires existent dans de nombreuses professions. Mais ce sont, à plus de 70%, les femmes qui sont concernées : elles sont discriminées sur ce plan. Un salaire minimum garanti représente donc un pas significatif vers l’égalité salariale.

En réponse au dumping !

Les employeurs sans scrupules exercent une pression accrue sur les salaires en pratiquant la sous-enchère salariale : non-respect des salaires d’usage, sous-traitance à bas prix, engagement d’intérimaires sous-payés... Les salaires du personnel fixe en pâtissent. Qui osera exiger une augmentation si son patron peut recourir à des emplois sous-payés ? Seul un salaire minimum garanti offre une protection générale contre le dumping salarial.

Renforcer les conventions collectives

Les branches ayant déjà des salaires minimums conventionnels plus élevés tireraient profit d’un salaire minimum légal : les employeurs ne pourront plus facilement contourner les conventions collectives de travail (CCT) existantes et faire des économies au dépens du personnel. Un salaire minimum légal renforce donc les CCT et rend la conclusion de nouvelles plus aisée.

NON aux profiteurs

Bénéfices des actionnaires et rémunérations des managers explosent ces dernières années, malgré la crise. Dans les grandes entreprises, le rapport entre le salaire d’un cadre supérieur et le salaire le plus faible est déjà de 1 à 55. L’initiative contribue à ce que l’argent revienne à celles et ceux qui créent la richesse ...

Avec l’initiative fédérale :

  • le droit à un salaire minimum décent sera ancré dans la Constitution fédérale ;
  • le salaire minimum est fixé à 22 francs de l’heure, l’équivalent d’un salaire mensuel de CHF 4000 sur 12 mois (pour 42 h. par semaine), indexé régulièrement ;
  • Confédération et cantons adopteront des mesures pour protéger les salaires, et encourageront la conclusion de conventions collectives comportant des salaires minimums ;
  • les cantons pourront fixer un salaire minimum cantonal plus élevé.

OUI à l’initiative cantonale

En 2008, plus de 12 300 citoyen-ne-s ont signé à Genève, en 3 mois, l’initiative cantonale "Pour le droit à un salaire minimum légal", qui sera votée en automne. Elle veut que le canton institue un salaire minimum légal "afin que toute personne exerçant une activité salariée puisse disposer d’un salaire lui garantissant des conditions de vie décentes". Un OUI majoritaire à cette initiative contribuera à faire aboutir un salaire minimum à l’échelle nationale. D’autre part, l’initiative cantonale donne l’obligation au canton d’édicter un salaire minimum, alors que l’initiative fédérale n’en ouvre que la possibilité. Or, à Genève, il faudra fixer un salaire minimum tenant compte du coût de la vie et du niveau des salaires du canton.

rIl faut donc signer l’initiative fédérale et voter OUI à l’initiative cantonale !r



titre documents joints