Comité d’organisation du 1er Mai

p.a. CGAS, Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax +41 22 731 87 06

iban CH24 0900 0000 1775 3619 5

info@cgas.ch

19 mars 2008 12h place Fédérale à Berne

mardi 18 mars 2008 par Claude Reymond

Manifestation des travailleuses et travailleurs de CFF Cargo

Pour le retrait de tous les licenciements !

Les travailleurs et travailleuses de CFF Cargo - sous l’impulsion de leurs collègues de Bellinzone qui sont en grève et occupent les ateliers depuis le 7 mars - organisent une manifestation à Berne. Les revendications sont simples, claires :

  1. Pour le retrait du plan de restructuration de la direction de CFF Cargo SA !
  2. Pour le maintien de tous les emplois !
  3. Non aux baisses de salaire, aux externalisations et aux privatisations !

Message de soutien décidé par le Comité 1er mai du 17 mars

Chères et chers collègues, camarades,

Voilà plusieurs semaines que nous observons la résistance que vous avez engagée contre la liquidation de vos postes de travail, ceux qui participent à l’entretien et au maintien de la valeur d’usage d’un outil de transport efficient, rationnel et écologique.

Le mouvement syndical et populaire s’est déjà déclaré farouchement opposé au démantèlement des infrastructures de service public de la Confédération.

Avec regret, nous constatons aujourd’hui que la transformation des CFF en sociétés anonymes - même si leurs actions sont en main de collectivités publiques - incite néanmoins leurs organes de conduite à se comporter comme la majorité des prédateurs ; qui cherchent à imposer des mesures dites « d’assainissement », mais qui sont préjudiciables à l’envergure nationale de l’entreprise concernée, excluant le savoir-faire et la force de travail des périphéries.

Nous vous félicitons d’avoir su, et pu, entreprendre les actions nécessaires à contraindre votre « employeur » à suspendre l’application de mesures qu’il avait planifiées sans votre consentement.

Nous vous assurons de notre total soutien dans la poursuite de la lutte pour la suppression de ces restructurations arrogantes à l’égard des régions, néfastes au rôle du rail dans le pays.

Les licenciements prononcés, comme les fermetures d’ateliers envisagées, doivent être supprimés parce qu’ils sont contraires à ce que le peuple a exprimé en matière de transports de masse, de développement durable et respectueux de l’environnement.